Vous cherchez un isolateur ?

Appelez un conseiller
Appelez un conseiller 0969323435 (Appel non surtaxé)
Dossier ENGIE

Améliorer son DPE : méthodes, avantages et aides

de lecture

Publié le , mis à jour le

L’amélioration du DPE d'un appartement renforce ses performances énergétiques et  permettra à un propriétaire bailleur de conserver le bien en location dans le futur. Nos conseils.

Créé en 2006 et largement réformé en 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) permet de renseigner « sur la performance énergétique d’un logement, en évaluant sa consommation d’énergie et son impact en termes d’émissions de gaz à effet de serre », selon la définition du Ministère de la Transition Écologique. Ce document est obligatoire en cas de vente ou de location d’un appartement. Il permet au futur occupant d’estimer sa consommation énergétique à venir ainsi que des émissions de gaz à effet de serre (GES). Quel est l’intérêt d’améliorer le DPE de votre appartement ? Quels sont les travaux à mener, et dans quel ordre ? On vous explique.

Offres isolation
Découvrez nos offres isolation avec prime directement déduite de votre devis pour un reste à charge minimal.

Pourquoi faut-il améliorer son DPE ?

Améliorer son DPE permet de réduire la consommation énergétique d’un bien immobilier. Cela peut se transformer en un avantage pour une vente ou la signature d’un bail. Dans certains cas, la législation vient imposer la réalisation de travaux pour pouvoir proposer un bien à la location. 

Donner plus de valeur à son bien immobilier 

En améliorant son DPE, on fait évoluer l’étiquette énergétique du logement. Moins polluant et moins énergivore, celui-ci peut avoir plus de valeur sur le marché immobilier. Pour un propriétaire vendeur, cela constitue un argument de vente. Selon le site spécialisé Seloger.com, 87 % des acheteurs attachent de l'importance à la performance énergétique de leur future acquisition. 

Louer plus facilement

De la même manière, c’est un argument de location pour un propriétaire-bailleur. En effet, dans un logement peu énergivore, les locataires peuvent réaliser des économies d'énergie et réduire leurs factures de gaz et/ou d’électricité. 

Anticiper les évolutions réglementaires 

Dans le cadre d’un bail, les critères de performances thermiques deviennent des critères de décence. Depuis le 25 août 2022, les propriétaires ne peuvent plus augmenter le loyer d’un logement de classe énergétique F ou G. 

De plus, les logements présentant une étiquette énergétique G ne pourront plus être proposés à la location à partir du 1er janvier 2023. Cette mesure sera étendue aux logements classés F dès 2028. Pour anticiper les évolutions du cadre légal, les propriétaires bailleurs ont donc tout intérêt à réaliser des travaux de rénovation énergétique

Les seuils à atteindre pour changer de classe énergétique

Avant la réforme de 2021, le DPE contenait deux étiquettes distinctes, l’étiquette énergie et l’étiquette climat. Désormais, il n’y a désormais qu’une seule étiquette, appelée étiquette énergie. Elle combine le score de la consommation énergétique annuelle du logement et ainsi que total des émissions de gaz à effet de serre rejetées. La lettre octroyée par le diagnostiqueur va dépendre de la quantité d'énergie consommée par an.

Lettre 

Consommation énergétique en kWh/m²/ an

Rejet de gaz à effet de serre en kg équivalent CO2/m²/an

A

Jusqu’à 70 kWh/m²/an

Jusqu’à 6 kg eq.CO2/m²/an

B

Entre 70 à 110 kWh/m²/an

Entre 6 à 11 kg eq.CO2/m²/an


C

Entre 110 à 180 kWh/m²/an

Entre 11 à 30 kg eq.CO2/m²/an

D

Entre 180 à 250 kWh/m²/an

Entre 30 à 50 kg eq.CO2/m²/an

E

Entre 250 à 330 kWh/m²/an

Entre 50 à 70 kg eq.CO2/m²/an

F

Entre 330 à 420 kWh/m²/an

Entre 70 à 100 kg eq.CO2/m²/an

G

plus de 420 kWh/m²/an

plus de 100 kg eq.CO2/m²/an

Les différentes façons d'améliorer le DPE de son appartement

Pour améliorer le DPE d’un appartement (comme d'une maison d'ailleurs), il convient de réaliser des travaux d’efficacité énergétique. Ces actions peuvent toucher plusieurs éléments de l’appartement ou de la maison. 

En général, pour entamer une rénovation globale, il convient de procéder de la manière suivante : 

  • Commencer par les travaux d’isolation thermique pour réduire la consommation d’énergie du logement ; 

  • Installer un système de chauffage performant et un dispositif de régulation ; 

  • Mettre en place un système de ventilation.

L’ordre a son importance. Par exemple, si vous changez l’appareil de chauffage avant de refaire l’isolation, vous risquez de prendre un appareil trop puissant. 

Renforcer l’isolation

Une isolation vétuste s’accompagne de déperditions thermiques. Selon l’Ademe, dans un logement construits avant 1974, on estime que :

  • 25% à 30 % des pertes énergétiques s’opèrent par la toiture ;

  • 20% à 25 % par les murs ;

  • 10% à 15 % fenêtres et baies-vitrées ; 

  • 7 à 10 % de pertes pour les planchers bas.

Dans un appartement, il est donc conseillé de se focaliser sur les murs et l’isolation des fenêtres, en priorité. On peut ensuite procéder à l’isolation du sol pour éviter les pertes de chaleur entre les étages. C’est aussi un moyen de renforcer l’isolation acoustique, c'est qui est toujours bon à prendre dans un appartement. 

Remplacer le système de chauffage

Une fois l’isolation améliorée, il est plus simple de bien choisir son système de chauffage. À l’heure actuelle, les dispositifs les plus performants sont ceux qui utilisent des énergies renouvelables, à savoir : 

La pompe à chaleur air-air peut être une option si vous disposez d’un balcon. L’unité extérieure peut y trouver sa place. Toutefois, il faudra s’assurer que la pompe à chaleur respecte bien les règles locales d’urbanisme. Vous devrez également faire une déclaration préalable de travaux en mairie. Les travaux devront également être acceptés par la copropriété.

L’installation d’un poêle à bois peut également s’envisager. Les travaux seront également soumis au vote de la copropriété. En effet, la pose d’un poêle nécessite la mise en place d’un conduit d’évacuation des fumées qui peut venir modifier la façade. 

Si la copropriété refuse l’une ou l’autre de ces solutions, il faut opter pour une solution de chauffage électrique. Vous pouvez installer des radiateurs électriques performants, comme les radiateurs à inertie. Depuis la réforme de 2021, le chauffage électrique est  considéré comme moins énergivore qu’avant. En France, le mix énergétique pour la production d’électricité se base avant tout sur l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables. Ces sources d’énergie émettent peu de CO2. Les bâtiments chauffés à l’électricité sont considérés comme moins polluants que quand ils sont chauffés au gaz ou au fioul. 

Installer un système de régulation thermique

En complément, vous pouvez aussi installer un thermostat programmable ou des robinets thermostatiques connectés afin de réguler au mieux la consommation de vos systèmes de chauffe. En plus d’améliorer votre confort de chauffe, vous pouvez réduire votre consommation énergétique de 5 à 15 % selon l’Ademe.

Améliorer la ventilation

Une fois l’isolation améliorée, vous pouvez procéder à l’amélioration de la ventilation. Cela aide à limiter la condensation, et donc l’humidité. Un air humide est plus difficile à chauffer ce qui engendrer une surconsommation énergétique. 

En outre, il est impératif de réaliser également des travaux de ventilation pour des raisons de santé. En effet, un renouvellement de l’air trop peu fréquent génère de la pollution intérieure. Cela peut causer des soucis respiratoires sur le long terme. 

Pour améliorer l’aération du logement, vous pouvez installer une ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux. Celle-ci évacue efficacement l’humidité et la pollution intérieure. 

Quel prix pour l'amélioration de son DPE ?

Cela dépend de la surface du logement. Comptez environ 500 euros à 900 euros le m2 pour une rénovation globale. Pour un appartement de 50 m2, il faut prévoir entre 25 000 euros et 45 000 euros. De la même manière, pour un logement de 100 m2, le budget sera de 50 000 euros à 90 000 euros. 

Sachez toutefois qu’une rénovation énergétique partielle, et donc moins coûteuse, de votre logement peut déjà contribuer à améliorer le DPE (par exemple en installant un thermostat programmable ou des robinets thermostatiques connectés, comme vu précédemment). De plus, il existe de nombreuses aides pour adoucir la facture. 

Quelles sont les aides pour améliorer son DPE ?

Pour aider à réduire le budget travaux, vous pouvez faire appel à des aides à la rénovation énergétique. Ce faisant, on peut réduire considérablement le montant du chantier. 

La Prime Energie ENGIE 

Lancée dans le cadre des Certificats d’Economies d’Energies (CEE), la prime énergie ENGIE permet de financer des travaux de rénovation énergétique. Elle permet d’entamer des travaux de rénovation énergétique dans un logement construit depuis plus de 2 ans. 

Son montant varie selon l’adresse du logement, le type de travaux réalisé et le revenu du foyer. 

MaPrimeRénov’

Distribuée par l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat), cette aide est le résultat de la fusion de deux aides : 

  • Le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique (CITE) 

  • Habiter Mieux Agilité de l’Anah

Elle concerne les logements construits depuis plus de 15 ans. MaPrimeRénov’ vous aide à financer vos travaux de rénovation. Elle permet également de financer un DPE.  Son montant varie selon les revenus du ménage et les travaux à mener. Elle est cumulable avec la Prime Energie ENGIE. 

MaPrimeRénov’ Sérénité 

Lancée au 1er janvier 2022, MaPrimeRénov’ Sérénité remplace l’aide de l’Anah « Habiter Mieux Sérénité ». Elle est destinée aux ménages souhaitant réaliser plusieurs chantiers dans leur logement, dont les travaux permettront de réaliser au moins 35% d’économies d’énergies. 

Ce dispositif est plafonné à 30 000 euros et prend en charge : 

  • 50 % des frais HT du chantier pour les ménages très modestes

  • 35 % des frais HT du chantier pour les ménages modestes

Elle est cumulable avec la Prime Énergie depuis le 1er juillet 2022. 

L’éco-prêt à taux zéro

L’Eco-PTZ est un crédit bancaire avec un taux d’intérêt nul. Plafonné à 50 000 euros, remboursable sur 20 ans, il permet d’entamer des travaux de rénovation. Pour en bénéficier, il convient de le demander dans une banque partenaire de l’Etat. La plupart des banques nationales et des caisses régionales le sont. 

La TVA à 5,5%

Si vous passez par un professionnel, vous pouvez disposer d’un taux de TVA travaux à 5,5%. Ce taux s’applique sur le matériel et la main d’œuvre.  

Le chèque énergie 

Distribué chaque année aux ménages modestes et très modestes, le chèque énergie permet de régler les factures d’énergies (électricité, gaz etc). On peut également l’utiliser pour régler un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) qui réalise des travaux de rénovation. Son montant est compris entre 48 euros et 277 euros. C’est faible comparé aux autres aides en place et au montant des travaux, mais toujours bon à savoir. 

L’exonération de taxe foncière

Certaines mairies proposent de bénéficier d’une exonération totale ou partielle de la taxe foncière, pour les logements principaux construits avant 1989. Renseignez-vous auprès de votre commune pour en connaître les conditions. 

La loi Denormandie 

La loi Denormandie octroie un avantage fiscal aux personnes souhaitant acquérir un bien à rénover entre le 28 mars 2019 et le 31 décembre 2023. Cette réduction d’impôts va jusqu’à 21% dans la limite de 300 000 euros. Pour en bénéficier, les travaux doivent constituer a minima 25 % du coût total de l'opération.

Améliorer son DPE : ce qu'il faut retenir

  1. Améliorer le DPE d’un logement permet de réduire le bilan carbone et la facture énergétique des occupants.

  2. C’est une manière d’augmenter la valeur du bien immobilier dans le cadre de sa vente.

  3. Pour les propriétaires bailleurs, il devient nécessaire de rénover les biens considérés comme des passoires thermiques. Dès 2023, il ne sera plus possible de louer une passoire thermique classée G.

  4. Afin d’engager des travaux de rénovation, il est possible de bénéficier d’aides financières.

Faire des travaux génère-t-il du déficit foncier ?

Oui, en réalisant des travaux de rénovation, vous faites monter vos charges foncières. Si celles-ci sont supérieures à vos revenus, il est possible de déduire l’excédent de charges de votre imposition.  On peut ainsi l’assimiler à une aide indirecte pour le propriétaire-bailleur.

Peut-on faire les travaux soi-même ?

Oui, mais il est conseillé de faire appel à un professionnel RGE. Vous pourrez ainsi bénéficier de la majorité des aides à la rénovation énergétique. En outre, vous serez protégés pendant 10 ans suite à la réception du chantier par la garantie décennale de l’artisan. En cas de malfaçons ou de dommages, l’assurance de l’entrepreneur vous indemnisera.

Combien coûte un DPE ?

Il n’existe pas de grille officielle pour déterminer le prix d’un DPE. L’Ademe estime qu’il faut compter entre 100 euros et 250 euros. Ce prix varie en fonction de la taille et de la situation géographique du logement, mais aussi de l’ampleur des travaux à réaliser. 

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous

Isolation au chanvre : notre guide pour tout savoir

  • Economies d'énergie
  • Travaux de rénovation

de lecture

Fonctionnement, avantages, prix, performances, on répond à toutes vos questions sur l’isolation au chanvre pour vous ...

Mis à jour le