Tous nos conseils sur les économies d'énergie

L’isolation phonique : conseils et astuces

Publié le

Vous en avez assez d’entendre vos voisins ? Si vous vous lancez dans des travaux d’isolation thermique, c’est le moment ou jamais pour isoler acoustiquement votre habitation. Au-delà du bénéfice clair en termes de confort, votre santé y gagnera également. On vous explique !

Faites du bruit !

La prime économies d'énergie

Bénéficiez d'une prime pour vos travaux d'économies d'énergie et ce, sans conditions ressources !

L’isolation acoustique c'est quoi ? 

L’isolation acoustique (ou phonique) a pour objectif de supprimer la propagation des bruits entre l’extérieur et l’intérieur de la maison. Concrètement, cela consiste par exemple à se protéger des nuisances sonores de l’extérieur (bruits de la rue, de voisinage, etc.) ou à protéger vos voisins des bruits que vous produisez.

L’isolation acoustique n’a donc rien à voir avec l’isolation thermique qui, elle, a pour but de réduire les transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. Mais dans les deux cas, c’est une question de confort !

La bonne nouvelle : Certains matériaux sont efficaces aussi bien pour l’isolation thermique que pour l’isolation phonique !

Comment optimiser l’isolation phonique de votre domicile ? 

1- Identifier la nature des bruits : les bruits aériens extérieurs (bruits de la rue, passage de voiture, etc.) et intérieurs (TV, radio, etc.) se distinguent des bruits d’impacts (talons de la voisine, perceuse du voisin) et des bruits d’équipements (produits par le fonctionnement de l’ascenseur ou des canalisations par exemple). 

2- Identifier l’origine du bruit pour savoir quelles parois de votre habitation isoler : combles, murs, planchers… 

3- Déterminer l’intensité du bruit perçu afin d’évaluer le gain d’isolement à apporter (et donc de choisir le bon isolant). Cette mesure peut-être réalisée par un entrepreneur en bâtiment ou par un acousticien. 

4- Identifier la nature des parois que vous souhaitez isoler (plâtre, béton, bois, etc.) afin de choisir l’isolant le plus adapté. 

Dans tous les cas, le confort acoustique est une notion très subjective ! Certains seront plus agacés par les bruits du bar en bas de l’immeuble, d’autres par la télévision du voisin, d’autres encore par le cliquetis des canalisations. Il est donc fondamental de déterminer ce qui vous pose problème avant de débuter vos travaux, afin d’opter pour la meilleure solution. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de l’isolation pour réaliser votre diagnostic et choisir la meilleure solution. 

A savoir : on évalue que le calme se situe aux alentours de 30 dB, le bruit mineur est entre 30 et 50 dB et à partir de 70 dB, on dépasse le seuil du très bruyant !

Quels isolants sont efficaces contre le bruit ?

En fonction de l’origine du bruit, il existe de nombreux indices de performances des matériaux s’exprimant en décibels (db). Ces indices vont rendre compte de la capacité des matériaux à affaiblir le son et sont mesurés en laboratoire.  Parmi les matériaux qui présentent une excellente capacité d’absorption du son, on trouve des isolants minéraux comme la laine de verre et la laine de roche ou les isolants biosourcés comme le chanvre et le liège. Les isolants synthétiques sont assez peu performants dans ce domaine malgré leurs performances d’isolation thermique. 

Le degré d’efficacité et d’atténuation du bruit varie ensuite en fonction de l’épaisseur du matériau utilisé ainsi que de la place et du budget que vous avez ! Sachez que plus la couche isolante sera épaisse, mieux vous serez isolé contre le bruit : à vous de déterminer votre niveau de tolérance aux nuisances sonores.

Par ailleurs, sachez qu’il y aura toujours une différence entre le niveau de performance visé et le niveau de performance réel. En effet, l’environnement et la pose de l’isolant ne sont jamais exactement les mêmes qu’en laboratoire ! Pour vous aider, n’hésitez pas à demander conseil aux professionnels d’Engie. 

Trouver un professionnel

Le neuf et l’ancien : quelles différences de réglementation ? 

Si vous rénovez un logement ancien, il n’y a tout simplement pas de réglementation en matière d’isolation phonique. Il est en revanche possible, pour des raisons évidentes d’efficacité, de s’inspirer de la réglementation prévue pour les logements neufs (construits après 1995). La NRA (nouvelle réglementation acoustique) prévoit des exigences minimales en termes de volume sonore : 

  • entre 30 et 45 dB maximum pour les bruits extérieurs 
  • entre 53 et 58 dB maximum pour les bruits aériens intérieurs
  • entre 58  et 65 dB maximum pour les bruits de choc.

L’isolation acoustique c'est quoi ? 

L’isolation acoustique (ou phonique) a pour objectif de supprimer la propagation des bruits entre l’extérieur et l’intérieur de la maison. Concrètement, cela consiste par exemple à se protéger des nuisances sonores de l’extérieur (bruits de la rue, de voisinage, etc.) ou à protéger vos voisins des bruits que vous produisez.

L’isolation acoustique n’a donc rien à voir avec l’isolation thermique qui, elle, a pour but de réduire les transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. Mais dans les deux cas, c’est une question de confort !

La bonne nouvelle : Certains matériaux sont efficaces aussi bien pour l’isolation thermique que pour l’isolation phonique !

Comment optimiser l’isolation phonique de votre domicile ? 

1-Identifier la nature des bruits : les bruits aériens extérieurs (bruits de la rue, passage de voiture, etc.) et intérieurs (TV, radio, etc.) se distinguent des bruits d’impacts (talons de la voisine, perceuse du voisin) et des bruits d’équipements (produits par le fonctionnement de l’ascenseur ou des canalisations par exemple). 

2- Identifier l’origine du bruit pour savoir quelles parois de votre habitation isoler : combles, murs, planchers… 

3- Déterminer l’intensité du bruit perçu afin d’évaluer le gain d’isolement à apporter (et donc de choisir le bon isolant). Cette mesure peut-être réalisée par un entrepreneur en bâtiment ou par un acousticien. 

4- Identifier la nature des parois que vous souhaitez isoler (plâtre, béton, bois, etc.) afin de choisir l’isolant le plus adapté. 

Dans tous les cas, le confort acoustique est une notion très subjective ! Certains seront plus agacés par les bruits du bar en bas de l’immeuble, d’autres par la télévision du voisin, d’autres encore par le cliquetis des canalisations. Il est donc fondamental de déterminer ce qui vous pose problème avant de débuter vos travaux, afin d’opter pour la meilleure solution. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de l’isolation pour réaliser votre diagnostic et choisir la meilleure solution. 

A savoir : on évalue que le calme se situe aux alentours de 30 dB, le bruit mineur est entre 30 et 50 dB et à partir de 70 dB, on dépasse le seuil du très bruyant !

Quels isolants sont efficaces contre le bruit ?

En fonction de l’origine du bruit, il existe de nombreux indices de performances des matériaux s’exprimant en décibels (db). Ces indices vont rendre compte de la capacité des matériaux à affaiblir le son et sont mesurés en laboratoire.  Parmi les matériaux qui présentent une excellente capacité d’absorption du son, on trouve des isolants minéraux comme la laine de verre et la laine de roche ou les isolants biosourcés comme le chanvre et le liège. Les isolants synthétiques sont assez peu performants dans ce domaine malgré leurs performances d’isolation thermique. 

Le degré d’efficacité et d’atténuation du bruit varie ensuite en fonction de l’épaisseur du matériau utilisé ainsi que de la place et du budget que vous avez ! Sachez que plus la couche isolante sera épaisse, mieux vous serez isolé contre le bruit : à vous de déterminer votre niveau de tolérance aux nuisances sonores.

Par ailleurs, sachez qu’il y aura toujours une différence entre le niveau de performance visé et le niveau de performance réel. En effet, l’environnement et la pose de l’isolant ne sont jamais exactement les mêmes qu’en laboratoire ! Pour vous aider, n’hésitez pas à demander conseil aux professionnels d’Engie. 

TROUVER UN PROFESSIONNEL

Le neuf et l’ancien : quelles différences de réglementation ? 

Si vous rénovez un logement ancien, il n’y a tout simplement pas de réglementation en matière d’isolation phonique. Il est en revanche possible, pour des raisons évidentes d’efficacité, de s’inspirer de la réglementation prévue pour les logements neufs (construits après 1995). La NRA (nouvelle réglementation acoustique) prévoit des exigences minimales en termes de volume sonore : 

- entre 30 et 45 dB maximum pour les bruits extérieurs 

- entre 53 et 58 dB maximum pour les bruits aériens intérieurs

- entre 58  et 65 dB maximum pour les bruits de choc. 

Tout sur l'isolation et Construire avec Saint Gobin

L’isolation acoustique c'est quoi ? 

L’isolation acoustique (ou phonique) a pour objectif de supprimer la propagation des bruits entre l’extérieur et l’intérieur de la maison. Concrètement, cela consiste par exemple à se protéger des nuisances sonores de l’extérieur (bruits de la rue, de voisinage, etc.) ou à protéger vos voisins des bruits que vous produisez.

L’isolation acoustique n’a donc rien à voir avec l’isolation thermique qui, elle, a pour but de réduire les transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. Mais dans les deux cas, c’est une question de confort !

La bonne nouvelle : Certains matériaux sont efficaces aussi bien pour l’isolation thermique que pour l’isolation phonique !

Comment optimiser l’isolation phonique de votre domicile ? 

1-Identifier la nature des bruits : les bruits aériens extérieurs (bruits de la rue, passage de voiture, etc.) et intérieurs (TV, radio, etc.) se distinguent des bruits d’impacts (talons de la voisine, perceuse du voisin) et des bruits d’équipements (produits par le fonctionnement de l’ascenseur ou des canalisations par exemple). 

2- Identifier l’origine du bruit pour savoir quelles parois de votre habitation isoler : combles, murs, planchers… 

3- Déterminer l’intensité du bruit perçu afin d’évaluer le gain d’isolement à apporter (et donc de choisir le bon isolant). Cette mesure peut-être réalisée par un entrepreneur en bâtiment ou par un acousticien. 

4- Identifier la nature des parois que vous souhaitez isoler (plâtre, béton, bois, etc.) afin de choisir l’isolant le plus adapté. 

Dans tous les cas, le confort acoustique est une notion très subjective ! Certains seront plus agacés par les bruits du bar en bas de l’immeuble, d’autres par la télévision du voisin, d’autres encore par le cliquetis des canalisations. Il est donc fondamental de déterminer ce qui vous pose problème avant de débuter vos travaux, afin d’opter pour la meilleure solution. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de l’isolation pour réaliser votre diagnostic et choisir la meilleure solution. 

A savoir : on évalue que le calme se situe aux alentours de 30 dB, le bruit mineur est entre 30 et 50 dB et à partir de 70 dB, on dépasse le seuil du très bruyant !

Quels isolants sont efficaces contre le bruit ?

En fonction de l’origine du bruit, il existe de nombreux indices de performances des matériaux s’exprimant en décibels (db). Ces indices vont rendre compte de la capacité des matériaux à affaiblir le son et sont mesurés en laboratoire.  Parmi les matériaux qui présentent une excellente capacité d’absorption du son, on trouve des isolants minéraux comme la laine de verre et la laine de roche ou les isolants biosourcés comme le chanvre et le liège. Les isolants synthétiques sont assez peu performants dans ce domaine malgré leurs performances d’isolation thermique. 

Le degré d’efficacité et d’atténuation du bruit varie ensuite en fonction de l’épaisseur du matériau utilisé ainsi que de la place et du budget que vous avez ! Sachez que plus la couche isolante sera épaisse, mieux vous serez isolé contre le bruit : à vous de déterminer votre niveau de tolérance aux nuisances sonores.

Par ailleurs, sachez qu’il y aura toujours une différence entre le niveau de performance visé et le niveau de performance réel. En effet, l’environnement et la pose de l’isolant ne sont jamais exactement les mêmes qu’en laboratoire ! Pour vous aider, n’hésitez pas à demander conseil aux professionnels d’Engie. 

TROUVER UN PROFESSIONNEL

Le neuf et l’ancien : quelles différences de réglementation ? 

Si vous rénovez un logement ancien, il n’y a tout simplement pas de réglementation en matière d’isolation phonique. Il est en revanche possible, pour des raisons évidentes d’efficacité, de s’inspirer de la réglementation prévue pour les logements neufs (construits après 1995). La NRA (nouvelle réglementation acoustique) prévoit des exigences minimales en termes de volume sonore : 

- entre 30 et 45 dB maximum pour les bruits extérieurs 

- entre 53 et 58 dB maximum pour les bruits aériens intérieurs

- entre 58  et 65 dB maximum pour les bruits de choc. 

Tout sur l'isolation et Construire avec Saint Gobin

L’isolation acoustique c'est quoi ? 

L’isolation acoustique (ou phonique) a pour objectif de supprimer la propagation des bruits entre l’extérieur et l’intérieur de la maison. Concrètement, cela consiste par exemple à se protéger des nuisances sonores de l’extérieur (bruits de la rue, de voisinage, etc.) ou à protéger vos voisins des bruits que vous produisez.

L’isolation acoustique n’a donc rien à voir avec l’isolation thermique qui, elle, a pour but de réduire les transferts de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur de la maison. Mais dans les deux cas, c’est une question de confort !

La bonne nouvelle : Certains matériaux sont efficaces aussi bien pour l’isolation thermique que pour l’isolation phonique !

Comment optimiser l’isolation phonique de votre domicile ? 

1-Identifier la nature des bruits : les bruits aériens extérieurs (bruits de la rue, passage de voiture, etc.) et intérieurs (TV, radio, etc.) se distinguent des bruits d’impacts (talons de la voisine, perceuse du voisin) et des bruits d’équipements (produits par le fonctionnement de l’ascenseur ou des canalisations par exemple). 

2- Identifier l’origine du bruit pour savoir quelles parois de votre habitation isoler : combles, murs, planchers… 

3- Déterminer l’intensité du bruit perçu afin d’évaluer le gain d’isolement à apporter (et donc de choisir le bon isolant). Cette mesure peut-être réalisée par un entrepreneur en bâtiment ou par un acousticien. 

4- Identifier la nature des parois que vous souhaitez isoler (plâtre, béton, bois, etc.) afin de choisir l’isolant le plus adapté. 

Dans tous les cas, le confort acoustique est une notion très subjective ! Certains seront plus agacés par les bruits du bar en bas de l’immeuble, d’autres par la télévision du voisin, d’autres encore par le cliquetis des canalisations. Il est donc fondamental de déterminer ce qui vous pose problème avant de débuter vos travaux, afin d’opter pour la meilleure solution. Pour cela, n’hésitez pas à vous faire aider par un professionnel de l’isolation pour réaliser votre diagnostic et choisir la meilleure solution. 

A savoir : on évalue que le calme se situe aux alentours de 30 dB, le bruit mineur est entre 30 et 50 dB et à partir de 70 dB, on dépasse le seuil du très bruyant !

Quels isolants sont efficaces contre le bruit ?

En fonction de l’origine du bruit, il existe de nombreux indices de performances des matériaux s’exprimant en décibels (db). Ces indices vont rendre compte de la capacité des matériaux à affaiblir le son et sont mesurés en laboratoire.  Parmi les matériaux qui présentent une excellente capacité d’absorption du son, on trouve des isolants minéraux comme la laine de verre et la laine de roche ou les isolants biosourcés comme le chanvre et le liège. Les isolants synthétiques sont assez peu performants dans ce domaine malgré leurs performances d’isolation thermique. 

Le degré d’efficacité et d’atténuation du bruit varie ensuite en fonction de l’épaisseur du matériau utilisé ainsi que de la place et du budget que vous avez ! Sachez que plus la couche isolante sera épaisse, mieux vous serez isolé contre le bruit : à vous de déterminer votre niveau de tolérance aux nuisances sonores.

Par ailleurs, sachez qu’il y aura toujours une différence entre le niveau de performance visé et le niveau de performance réel. En effet, l’environnement et la pose de l’isolant ne sont jamais exactement les mêmes qu’en laboratoire ! Pour vous aider, n’hésitez pas à demander conseil aux professionnels d’Engie. 

TROUVER UN PROFESSIONNEL

Le neuf et l’ancien : quelles différences de réglementation ? 

Si vous rénovez un logement ancien, il n’y a tout simplement pas de réglementation en matière d’isolation phonique. Il est en revanche possible, pour des raisons évidentes d’efficacité, de s’inspirer de la réglementation prévue pour les logements neufs (construits après 1995). La NRA (nouvelle réglementation acoustique) prévoit des exigences minimales en termes de volume sonore : 

- entre 30 et 45 dB maximum pour les bruits extérieurs 

- entre 53 et 58 dB maximum pour les bruits aériens intérieurs

- entre 58  et 65 dB maximum pour les bruits de choc. 

Tout sur l'isolation et Construire avec Saint Gobin

Tout sur l'isolation et Construire avec Saint Gobin

Ces sujets peuvent vous intéresser...

Toutes les actualités