Dossier ENGIE

Naturel, vert, propane ou de ville : comprendre les différents types de gaz

de lecture

Publié le , mis à jour le

Tous les gaz ne se ressemblent pas. Comment distinguer les différents types de gaz que vous utilisez sans doute au quotidien ? 

Consommation domestique ou industrielle ? Pour le chauffage ou pour alimenter un barbecue ? GPL ou GNL ? Comprendre chaque type de gaz, son utilisation et sa provenance n’est pas aisé, d’autant plus que ce secteur est amené à changer dans les années à venir avec l’arrivée de méthodes 100 % renouvelables face à l’essoufflement des ressources naturelles. Alors gaz naturel ou gaz vert ? Gaz de ville ou propane ? Comment différencier ces types de gaz pour mieux comprendre leur provenance et leurs usages ?

Le gaz naturel : définition et utilisation

Le gaz naturel est une source d’énergie fossile, c’est-à-dire non renouvelable. Une fois extrait, le gaz est incolore et inodore. Composé principalement de méthane, il subit très peu de modifications avant d’être distribué dans le réseau de gaz de la ville. Pour des raisons de sécurité, le gaz naturel est odorisé en amont afin de prévenir en cas de fuite de gaz.

D’où vient le gaz naturel ?

Le gaz naturel à l’état brut se trouve dans les sous-sols ou au fond des océans. Il se forme naturellement lorsque des matières organiques se décomposent. Une fois extrait, le gaz naturel est acheminé dans des usines de traitement afin d’éliminer les sous-produits qui sont indésirables pour la distribution ou corrosifs pour les infrastructures de traitement. Cette filtration sert aussi à récupérer du butane et du propane.

Le gaz naturel est ensuite acheminé dans nos réseaux de distribution. Le transport coûte cher ; il est adapté selon la distance. Pour une utilisation au sein du pays producteur ou d’un pays relativement proche, le gaz naturel est transporté par gazoduc. Pour les échanges internationaux, le gaz est liquéfié pour être transporté par méthanier, un navire accueillant plusieurs citernes de gaz naturel qui aura été liquéfié au préalable. On parle alors de GNL (Gaz naturel liquifié).

Comment est utilisé le gaz naturel ?

Le gaz naturel est utilisé en France au quotidien pour le chauffage d’un logement et/ou de son eau chaude sanitaire (ECS) ainsi que pour la cuisson. Il offre une meilleure modulation de la chaleur et une plus grande précision. On peut tant cuire à feu doux que saisir ses plats.

Le gaz vert : une alternative 100 % renouvelable

Le gaz vert est une énergie non fossile tournée vers l’avenir, issu de la méthanisation. Il partage ainsi certaines propriétés avec le gaz naturel. Son mode de production repose sur un phénomène naturel et 100 % renouvelable. Il diffère donc du gaz naturel puisque ce dernier n’est trouvable qu’en sous-sol ou dans des gisements au fond des océans.

Un mode de production naturel

La méthanisation est un procédé naturel qui valorise des déchets afin d’en extraire du gaz. Le gaz vert est donc issu d’une fermentation de déchets organiques tels que du fumier agricole, des restes de cantines scolaires ou de restaurations collectives, de la boue des stations d’épuration ou encore de déchets ménagers.

Une fois chauffée, brassée et fermentée pendant plusieurs jours, cette biomasse produit un engrais naturel pour les terres agricoles et un gaz renouvelable, utilisable au quotidien pour le chauffage et la cuisson, mais aussi pour éclairer des logements, écoles ou industries lorsqu’il est utilisé pour produire de l’électricité au préalable.

La différence entre gaz vert, biogaz et biométhane

Il n’est pas rare que le gaz vert soit appelé à tort biogaz ou biométhane. Le biogaz est le résultat obtenu suite à la fermentation naturelle de matières organiques. Ce processus de décomposition est aussi connu sous le nom de « méthanisation ». Le biogaz peut être ensuite utilisé en l’état pour produire de la chaleur ou de l’électricité ; pour cela, il est brûlé. De son côté, le biométhane est la version épurée du biogaz. Un traitement en plusieurs étapes (désulfuration, déshydratation puis décarbonisation) permet d’injecter cette énergie renouvelable dans le réseau public de distribution du gaz naturel. In fine, vous pouvez en profiter en souscrivant à une offre de gaz vert chez un fournisseur d’énergie.

Quelles utilisations pour le gaz vert ?

Au même titre que le gaz naturel, le gaz vert a pour vocation de produire de l’électricité et de la chaleur. En 2022, la production actuelle du gaz vert n’est pas assez importante pour remplacer le gaz naturel, cependant elle peut l’épauler.

Le gaz vert peut alors être utilisé sous plusieurs formes :

Alimenter des véhicules du service public

Comme à Angers(1) par exemple, où le gaz vert produit localement est transformé en carburant écologique. Le réseau de bus angevin tourne donc grâce à un carburant dérivé du gaz vert qui pourrait aussi faire fonctionner des camions ou des véhicules utilitaires.

Produire de l’électricité et de la chaleur

Une fois injecté dans le réseau de distribution, le gaz vert éclaire et chauffe l’eau de logements ou de bâtiments industriels. Il peut aussi alimenter en partie son propre site de production grâce à la chaleur dégagée lors de la fermentation.

Le gaz de ville : l’ancêtre commun

Le gaz de ville est aujourd’hui synonyme de gaz naturel, mais cela n’a pas toujours été le cas. Avant les années 1970 et la fermeture de sa dernière usine en France, le gaz de ville premier du nom servait à l’éclairage public et à l’alimentation des cuisinières et des chaudières dans les logements. Mais alors pourquoi le gaz de ville a-t-il été remplacé par le gaz naturel ?

En quoi le gaz de ville est-il différent du gaz naturel ?

Le gaz de ville est aujourd’hui remplacé par le gaz naturel. Il se distingue de son successeur en 3 points :

La composition

Autrefois, le gaz qui alimentait les villes était constitué d’un mélange d’hydrogène, de méthane et surtout de monoxyde de carbone. Cette molécule le rendait toxique. Le gaz naturel est aujourd’hui composé majoritairement de méthane, ce qui le rend moins polluant que son ancêtre le gaz de ville.

La sécurité

Le gaz de ville était inodore, ce qui augmentait les risques en cas de fuite de gaz. Il était aussi plus facilement inflammable. Le gaz naturel est rendu odorant avec l’ajout d’un composé organique qui donne au gaz un parfum soufré facilement reconnaissable.

Que faire en cas de fuite de gaz ?

Le gaz naturel représente aussi un risque en cas de fuite de gaz, découvrez les gestes à suivre pour garantir votre sécurité.

Les performances énergétiques

Le gaz naturel possède un fort pouvoir calorifique, ce qui rend son rendement bien meilleur que celui du gaz de ville.

Gaz propane et butane, comment choisir ?

Le gaz naturel s’est naturellement imposé comme le remplaçant du gaz de ville, mais il existe d’autres alternatives pour alimenter vos appareils de cuisson ou vos équipements de chauffage.

Notamment le gaz en bouteilles, qui contient du GPL ou Gaz de Pétrole Liquéfié. Sur le marché, on compte deux catégories de bouteille de gaz, le propane et le butane. Avec eux, pas besoin d’être raccordé à un réseau, la bouteille se raccorde directement à l’équipement.

Quelles différences entre le butane et le propane ?

S’ils font tous les deux partie de la famille des GPL, le propane et le butane n’ont pas la même composition chimique. Le propane se compose de trois atomes de carbone et huit atomes d’hydrogène, tandis que la molécule de butane est composée de quatre atomes de carbone et de dix atomes d’hydrogène. Cette différence a plusieurs conséquences sur les gaz.

1 - La température d’ébullition

Pour obtenir du débit gazeux sur une bouteille de butane, il faut une température supérieure à 0 °C, une bouteille de propane peut quant à elle fonctionner jusqu’à - 40 °C. Cette différence de résistance à la température a un impact sur le stockage (en intérieur ou en extérieur) et les utilisations.

2 - Les conditions de stockage

Le gaz butane doit obligatoirement être stocké en intérieur, mais jamais en sous-sol ni dans une cave. Si la température chute sous la barre des 0 °C, la bouteille devient inutilisable. Pour le propane, c’est l’inverse, un stockage intérieur risque d’entraîner une explosion à cause de la pression.

3 - Le conditionnement dans le commerce

À l’achat, le butane et le propane se trouvent sous forme de bouteilles, mais il n’est pas rare de trouver du propane en citerne. Ce conditionnement est idéal pour alimenter un appareil intérieur depuis l’extérieur.

4 - Les différents cas d’usage

Le GPL (butane et propane) convient à un grand nombre d’usages, utiliser un gaz ou l’autre ne comporte aucun risque. Cependant, il est recommandé d’utiliser du butane pour de la cuisson intérieure ou extérieure et du propane pour vos travaux de bricolage, de jardinage ou de soudure.

Les différences entre les types de gaz en bref

  1. Le gaz naturel se forme en sous-sol à partir de matières organiques enfouies dans des roches sédimentaires qui se décomposent. Il faut extraire puis traiter cet hydrocarbure avant de le retrouver dans nos réseaux de gaz et votre installation de chauffage.

  2. Le gaz de ville est l’ancêtre du gaz naturel. Il a été remplacé dans les années 1970. Depuis, l’appellation gaz de ville signifie gaz naturel.

  3. La température d’ébullition diffère entre le butane et le propane, ce qui impacte leurs usages. Il est recommandé d’utiliser et de stocker le butane en intérieur et le propane, en extérieur.

  4. Malgré un mode de production naturel encourageant, le gaz vert n’est pas encore assez répandu pour remplacer totalement le gaz naturel dont les ressources sont vouées à s'épuiser.

Le gaz vert peut-il remplacer le gaz naturel ?

La production actuelle de gaz vert est encore trop faible et ne peut pas remplacer à 100 % le gaz naturel. Cependant, le gaz vert est déjà injecté dans le réseau de distribution de gaz et se mélange au gaz naturel, il va prendre de plus en plus de place dans le mix énergétique au fil du temps.

Comment reconnaître une bouteille de propane d’une bouteille de butane ?

Il n’est malheureusement pas possible de distinguer de loin les deux bouteilles. Chaque fournisseur possède son propre code couleur et les formats sont bien souvent identiques. Il faut regarder la signalétique gravée sur la bouteille. En cas de doute, demandez à un vendeur.

Pourquoi dit-on gaz de ville ?

Historiquement, il s’agissait d’un gaz qui alimentait le réseau d’éclairage public de nombreuses villes d’où le “de ville”. Interdit dans les années 1970 car trop toxique, l’appellation “gaz de ville” a été conservée par l’usage mais il désigne en réalité désormais le gaz naturel en circulation dans le réseau de gaz.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous

Les enjeux de la COP26 pour l’avenir de la planète

  • Transition énergetique
  • Énergies renouvelables

de lecture

Après avoir été reportée à cause de la crise sanitaire, la COP26 se tiendra finalement à Glasgow (Royaume-Uni), du 31...

Mis à jour le