Le fonctionnement d'une éolienne

de lecture
Publié le , mis à jour le

Le fonctionnement d'une éolienne est assez connu de tous : elle se sert de la force du vent pour produire de l’électricité. Grâce aux pales du rotor et à un générateur, l’énergie cinétique est convertie en énergie électrique. Elle est ensuite insufflée dans le réseau d’électricité. Tout cela à près de 100 mètres de haut. C’est écologiquement propre et gratuit. Si ça vous dit, il existe même des éoliennes domestiques !

Le vent, élément indispensable pour le fonctionnement d'une éolienne

L’éolienne porte bien son nom. En effet, Éole est le dieu grec du vent dans la mythologie antique. Tout comme le moulin à vent médiéval, elle utilise le vent pour fonctionner.

D’une hauteur moyenne de 80 à 100 mètres1, le mât de l’éolienne est surmonté d’une hélice composée de deux ou trois pales. Lorsque le vent souffle, entre 14 et 90 km/h1, le rotor se met en activité pour que les pales tournent.

 

Electricité verte
Dans les airs comme sur la terre, découvrez comment ENGIE est devenu 1er fournisseur d’électricité verte en France*

Plus l’éolienne est haute, plus elle profite du vent. Si les vents commencent à souffler trop fort, un système de sécurité permet de freiner l’emballement des pales. Ce qui pourrait entraîner des dommages sur l’hélice et l’abîmer. Pour le bon fonctionnement d'éolienne, des vents soufflant à 50 km/h sont nécessaires.

L’énergie éolienne, une histoire de transformation

L’énergie éolienne consiste à transformer l’énergie cinétique du vent en une énergie mécanique. Avec une moyenne de 10 à 25 tours par minute, les pales du rotor tournent et entraînent un générateur qui est placé en bas de l’éolienne. Ce dernier a pour mission de convertir l’énergie mécanique en électricité, à hauteur de 20 kV, c’est-à-dire l’équivalent de la tension du réseau. Une fois produite, elle circule via le poste de livraison, avant d’être introduite dans le réseau de distribution ou de transport d’électricité.

Le bon fonctionnement d'une éolienne dépend de trois facteurs :

  • la forme et la longueur des pales : plus elles sont allongées et longilignes, plus elles tournent vite ;
  • la vitesse du vent ;
  • la température et la densité de l’air : un air chaud et sec est moins favorable.

La force du vent est le moteur indispensable au bon fonctionnement d’une éolienne. En exploitant ce phénomène naturel, l’éolienne ne rejette ni ne crée aucun gaz à effet de serre.

Et l’éolienne domestique dans tout ça ?

Comme son modèle, l’éolienne domestique utilise le vent pour produire de l’électricité, mais sa puissance est moindre (de l’ordre de 0,1 à 20 kW), son mât plus petit (10 à 30 mètres de hauteur), et des pales atteignant 2 à 10 mètres, selon les modèles.

Horizontale ou verticale, votre éolienne domestique ?

Il existe deux types de modèles :

  • l’éolienne horizontale : la plus répandue, qui est équipée d’une hélice tournant face au vent. Elle a besoin d’un vaste espace car le frottement de l’air peut créer du bruit ;
  • l’éolienne verticale : moins courante, se présente sous la forme d’une roue qui tourne sur son axe. Elle rappelle le fonctionnement d’une girouette. Son petit plus : vous pouvez l’installer sur le toit et elle est silencieuse.

Les prérequis pour installer une éolienne domestique

Vous souhaitez installer une éolienne domestique chez vous ? Voici quelques conseils avant de vous lancer :

  • Assurez-vous que les vents soufflent en moyenne autour de 20 km/h toute l’année.
  • Pensez à vos voisins… Une éolienne domestique est plus adaptée à une zone rurale, plus ou moins isolée, sans câbles aériens aux alentours et sans voisinage à cause du bruit des pales.
  • Prévoyez de faire appel à un professionnel.
  • Comptez entre 3 000 et 15 000 € et un amortissement sur une dizaine d’années2.

Faites appel à un professionnel

Seul un professionnel a la capacité de vous conseiller et de vous indiquer si l’installation d’une éolienne domestique est possible sur votre terrain. Topographie du sol, exposition régulière au vent… sont autant de critères. Sachez que les régions Bretagne et Auvergne-Rhône-Alpes disposent d’une bonne exposition au vent, contrairement au nord-est de l’Hexagone.

Si vous le souhaitez, il est tout à fait possible de revendre l’électricité produite par l’énergie éolienne, comme c’est le cas pour l’énergie photovoltaïque. Sachez toutefois qu’il n’existe pas de tarifs de rachat spécifiques. 

? Le saviez-vous ?

ENGIE affiche près d’un quart de sa production électrique provenant du développement des énergies renouvelables. Un taux qui ne cesse d’augmenter au fil des années.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous