Bien choisir votre mode de chauffage

Guide d’installation d’une pompe à chaleur

Publié le

Tags de l'article

Si la pompe à chaleur connaît actuellement un véritable plébiscite auprès des consommateurs, c’est avant tout parce qu’elle permet de réduire sa consommation électrique, et donc de réaliser des économies. Et pour ne rien gâcher, ce mode de chauffage est également l’un des plus écologiques du marché puisqu’il puise son énergie dans l’air, l’eau ou le sol. Mais comment installe-t-on une pompe à chaleur ? À qui doit-on faire appel ?

La pompe à chaleur, comment ça marche ?

Avant de parler d’installation, il faut d’abord comprendre comment fonctionne une pompe à chaleur (PAC). Pour information, ce mode de chauffage prélève ses calories énergétiques dans un environnement naturel (sol, air, eau) qu’il va ensuite chauffer puis restituer au sein de l’habitation ou du système d’eau chaude sanitaire. Pour ce faire, l’appareil de chauffage se compose de différents éléments au sein desquels l’énergie puisée est montée en température. Voilà pour le principe de base. Mais celui-ci peut se décliner ou se perfectionner en fonction du type de pompe à chaleur. Sachez qu’il existe trois grandes familles de pompes à chaleur (PAC) :

  • les PAC aérothermiques : elles puisent la chaleur dans l’air ambiant ;
  • les PAC géothermiques : elles puisent la chaleur dans le sol ;
  • les PAC hydrothermiques : elles puisent la chaleur dans l’eau d’une nappe phréatique.

Ma conso : analysez vos consommations

Jusqu'à 8% d'économies d'énergie (*)

Quelles étapes préalables à l’installation d’une pompe à chaleur ?

Face à la diversité des modèles et des technologies existantes, vous comprendrez aisément que vous ne pourrez pas installer tous les types de pompes à chaleur chez vous. Afin de déterminer l’installation la plus avantageuse pour répondre à vos besoins, il est indispensable de réaliser une étude de faisabilité. Celle-ci doit vous permettre de définir, par exemple, l’emplacement idéal du dispositif, mais également la taille et la puissance de votre future pompe à chaleur selon le nombre de m² que vous prévoyez de chauffer. Une pompe à chaleur sous ou surdimensionnée est susceptible d’impacter les performances de l’installation ou les économies d’énergie que l’installation devait vous permettre de réaliser. Pour effectuer ce bilan préalable, faites appel à un professionnel certifié. Il sera le seul à pouvoir réaliser une étude thermique précise de votre logement. Pour qu’une pompe à chaleur soit économiquement intéressante sur le long terme, il est parfois nécessaire d’envisager des travaux d’isolation parallèlement à votre installation.

Quel type de pompe à chaleur choisir ?

La réponse va dépendre de vos besoins, mais également des contraintes techniques imposées par votre logement. En France, les pompes à chaleur aérothermiques sont les plus souvent installées, d’une part parce qu’elles sont moins onéreuses que les deux autres types et, d’autre part parce leur installation est plus simple. Elles sont toutefois plus indiquées si vous vivez dans une région tempérée dont le climat est doux pendant l’hiver. De leur côté, les PAC géothermiques présentent davantage de contraintes techniques puisqu’elles requièrent la pose de capteurs horizontaux ou verticaux dans le sol. Dans les deux cas, il est nécessaire de disposer d’une grande surface de terrain. Enfin, les PAC hydrothermiques s’adressent essentiellement aux propriétaires qui disposent d’une ressource en eau suffisante sur leur terrain (forage, nappe phréatique…).

Quels sont les principaux critères d’achat ?

Si vous envisagez l’installation d’une pompe à chaleur, c’est que vous prévoyez probablement de faire baisser le montant de votre facture d’électricité par rapport à votre mode de chauffage actuel. Pour être sûr que votre nouvelle installation soit économe en énergie, vous devez vous concentrer sur son rendement. Pour cela, il existe un indicateur très important à connaître : le coefficient de performance (COP). Son calcul se base sur le rapport entre l’énergie produite par la pompe à chaleur et l’énergie électrique dont elle aura besoin pour y parvenir. Plus le chiffre affiché est élevé, plus vous aurez la possibilité de réaliser des économies d’énergie. Le COP moyen est généralement situé entre 3 et 5. Autrement dit : le rendement de la PAC sera de 3 à 5 kWh pour 1 kWh d'électricité consommé.

Faut-il faire appel à un professionnel ?

S’il n’est pas obligatoire sur le plan légal, le recours à un professionnel expérimenté pour faire installer votre future pompe à chaleur est toutefois vivement conseillé. Tout d’abord parce qu’il est le seul à disposer de l’expertise et du savoir-faire nécessaires pour manipuler les éléments techniques et optimiser leur mise en place en réalisant les réglages nécessaires. Ensuite parce que l’octroi de certaines aides de l’État ou de collectivités territoriales est conditionné par une pose effectuée par un installateur agréé. Pour bénéficier des tarifs d’installation les plus avantageux, n’hésitez pas à faire établir plusieurs devis auprès de différents artisans. Attention, ceux-ci doivent posséder une attestation d’aptitude pour la pose de pompe à chaleur.

Y a-t-il des aides financières à l’installation d’une pompe à chaleur ?

Faire installer une pompe à chaleur ‒ tous modèles confondus ‒ représente un investissement financier important, même si ce dernier pourra être amorti relativement rapidement. Pour encourager les Français à équiper leurs logements de modes de chauffage moins énergivores, le gouvernement et certains autres organismes ont mis en place des mesures incitatives :

  • le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) : il s’agit d’une réduction d’impôt de l’ordre de 30 % pour la pose d’une PAC air-eau, d’une PAC à capteur enterrée pour la production de chaleur ou d’une PAC thermodynamique pour la production d’eau chaude sanitaire (sauf PAC air/air)* ;
  • la TVA à taux réduit (5,5 %) : la fourniture et l’installation d’une PAC sont éligibles à la TVA à 5,5 % lorsque l’entreprise qui vend le matériel est également celle qui l’installe ;
  • l’aide de l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat (ANAH) : des primes allant de 900 € pour l’installation (fourniture et main-d’œuvre) d’une pompe à chaleur air/eau à 1 800 € pour l’installation d’une pompe à chaleur à capteurs enterrés peuvent être attribuées sous condition* ;
  • l’éco-prêt à taux zéro : les pompes à chaleur air/eau, mais aussi air/air sont éligibles sous conditions ;
  • les aides locales : certaines régions, départements ou communes délivrent des aides supplémentaires ;
  • les Certificats d'Économies d'Énergie (CEE) ou « primes énergie » : certains fournisseurs d’énergie mettent en place des dispositifs visant à soutenir, directement ou indirectement, des actions d'économies d'énergie réalisées par des particuliers.
* https://www.les-energies-renouvelables.eu/conseils/pompes-a-chaleur/credit-dimpot-et-aides-financieres-pour-realiser-votre-projet-de-pompe-a-chaleur-en-2016/

Ces articles peuvent vous intéresser