Changez de chaudière et faites des économies d'énergie

Dossier ENGIE

Chaudière pulsatoire : tout savoir sur cette chaudière gaz d’un nouveau genre

de lecture

Publié le , mis à jour le

Une chaudière pulsatoire est un système de chauffage au gaz performant, sans brûleur. Quels sont les avantages et inconvénients de ce dispositif ?

D’après l'ADEME, 42% des ménages français se chauffent au gaz. Parmi les modes de chauffage gaz qui existent, on trouve la chaudière pulsatoire. Comment fonctionne cet appareil ? Quels sont les avantages à s’équiper ? Quel budget prévoir ? ENGIE vous donne les réponses dans ce guide. 

Économies d’énergie : installez une chaudière haute performance
Vous pouvez économisez jusqu’à 800€ chaque année
Jusqu'à 800€ / an

Chaudière pulsatoire : son fonctionnement

Une chaudière pulsatoire est une chaudière gaz sans brûleur. Elle fonctionne grâce à de multiples micro-combustions très rapprochées qui permettent d’éviter une combustion continue. Cela permet de réaliser des économies d’énergie. 

Plus précisément, elle présente le fonctionnement suivant : 

  • À l’intérieur de son module principal, on trouve une chambre de combustion plongée dans l’eau du circuit de chauffage. Cela permet de maximiser les échanges thermiques et donc de réduire les pertes de chaleur.  

  • On y injecte un mélange d’air et de gaz, et un clapet ferme la chambre. Grâce à une bougie d’allumage, on déclenche une micro-combustion.

  • Le gaz s’enflamme et chauffe l’eau du circuit. Ce qui reste de la combustion passe ensuite par les tubes de l’échangeur. 

  • Une fois le gaz sorti, le clapet s’ouvre et la chambre se remplit à nouveau. Un cycle recommence.

  • Pour résumer, on peut donc dire qu’une chaudière pulsatoire fonctionne un peu à l’image d’un moteur de voiture thermique.

Ce processus est très rapide. La chaudière produit de la chaleur à un rythme élevé, de l'ordre d'une centaine de pulsations par seconde. C’est de là qu’elle tire son nom.

Avec quels émetteurs de chaleur peut-elle être utilisée ?

Comme la majorité des chaudières à gaz, la chaudière pulsatoire peut alimenter des radiateurs à eau. Elle peut aussi être reliée à un plancher chauffant. Dans le cadre d’une rénovation, elle peut donc facilement s’installer sur votre circuit existant. 

Quels sont les avantages de la chaudière gaz pulsatoire ?

Avec un fonctionnement peu énergivore, la chaudière pulsatoire a l'intérêt d’allier économies d’énergie et écologie. Elle peut aussi s’installer plus facilement. 

Un bon rendement

La chaudière pulsatoire fait partie des chaudières à gaz les plus performantes du marché. Elle présente un rendement pouvant aller jusqu’à 109 %. De ce fait, remplacer une chaudière classique par une chaudière pulsatoire peut induire jusqu’à 50 % d’économie d’énergie(1)

Une amélioration du DPE

Son efficacité énergétique en fait aussi un appareil recommandé au niveau environnemental. Elle rejette environ 30 % de CO2 de moins qu’une chaudière à gaz classique. De cette manière, vous pouvez améliorer le diagnostic de performance énergétique (DPE) de votre bien immobilier. Dans une optique de revente, cela peut constituer un argument non négligeable(2).

Une installation facilitée

Les gaz de combustion qui s’échappent de la chaudière pulsatoire présentent une température bien moins élevée que les gaz d’un équipement classique. En effet, ils ont une température de 50°C environ contre 800°C pour une chaudière standard. 

Il n’est donc pas nécessaire de prévoir une cheminée pour cet appareil. Un simple tube en PVC peut suffire.  Ce tube débouchera sur l’extérieur de votre logement. Il faudra donc prévoir une sortie par perçage. 

Quid des inconvénients ? 

La chaudière pulsatoire présente donc de multiples atouts. Mais qu’en est-il des inconvénients ? Elle en présente, au final, assez peu. Quels sont-ils ?

Le gaz naturel, une énergie fossile 

La chaudière pulsatoire fonctionne à l’aide de gaz naturel, une énergie fossile. En cela, elle ne fait pas partie des équipements de chauffage les plus écoresponsables. Son utilisation émet plus de CO2 que celui d’une chaudière à bois ou d’une pompe à chaleur, appareils qui fonctionnent aux énergies renouvelables, par exemple. 

Un raccordement nécessaire au gaz 

On l’a dit, pour fonctionner cette chaudière a besoin de gaz naturel. Le logement doit absolument faire l’objet d’un raccordement au gaz naturel. Dans certaines zones non desservies par le réseau de gaz, elle ne peut donc pas être une option de chauffage.  

De la même manière, elle ne peut pas être installée dans un logement neuf. En effet, conformément à la RE 2020 (Réglementation environnementale 2020), il est interdit d’installer une chaudière gaz dans une construction neuve.

Pourquoi la choisir ?

Dans l’ancien, en revanche, vous pouvez parfaitement choisir un modèle à pulsoréacteur. Comme on l'a vu, la chaudière pulsatoire est particulièrement adaptée aux ménages qui veulent remplacer leur vieille chaudière à gaz par un équipement plus performant. Dans un contexte d’augmentation des prix du gaz, elle permet à un foyer d’optimiser sa facture de chauffage.

Quel est le prix d’une chaudière pulsatoire ? 

Son prix est d’ailleurs intéressant. Il varie entre 3 000 euros et 6 000 euros à l’achat. À cela, il faudra ajouter les frais d’installation. À titre de comparaison, une chaudière à granulés de bois peut aller jusqu’à 12 000 euros(3). Elle reste en revanche, et sans surprise, plus chère qu’une chaudière gaz traditionnelle. 

Outre le prix de l’équipement, il faudra prévoir également les coûts de main-d'œuvre. Pour l’intervention d’un plombier-chauffagiste, prévoyez 40 euros à 100 euros de l’heure.

Comment se passe l'installation d'une chaudière pulsatoire ? 

L’installation d’une chaudière gaz pulsatoire doit être réalisée par un professionnel chauffagiste. Une fois l’ancien appareil enlevé, il viendra raccorder la chaudière à l’arrivée de gaz. Ensuite, il se chargera de la relier à vos émetteurs de chauffage et au circuit d’eau chaude sanitaire si vous le souhaitez. Enfin, l’artisan installera le tube d’évacuation des fumées.

Les aides financières

Installation facilitée, réduction des factures, amélioration de l’empreinte carbone… la chaudière pulsatoire vous a convaincu ? Pour changer de chaudière, vous pouvez demander des aides à la rénovation. Zoom sur les principales aides !

La Prime Énergie Engie 

La Prime Énergie d’ENGIE est issue des Certificats d’Économies d’Énergie (CEE). Ouverte à tous, elle peut servir à prendre en charge l’installation d’une chaudière pulsatoire dans un logement construit depuis plus de 2 ans. Il peut s’agir d’une résidence principale ou secondaire. 

Cette prime peut-être cumulée avec MaPrimeRénov’. Son montant dépend du niveau de ressources du ménage. Elle peut aller jusqu’à 263 euros pour une chaudière gaz.(4)

À noter : Afin de réduire la dépendance de la France aux énergies fossiles, l’État français supprimera les aides pour les chaudières à gaz à partir du 1er janvier 2023.(5)

MaPrimeRénov’

MaPrimeRénov’ est une aide de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH). Elle finance des opérations de travaux de rénovation énergétique dans un logement principal construit depuis plus de 15 ans. 

Son montant varie selon vos revenus et l’équipement installé. Pour une chaudière gaz à haute performance, le montant maximal est de 1 200 euros. 

L’Eco-PTZ

Proposé par les banques ayant signé une convention avec l’État, l’Eco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ) est un crédit bancaire avec un taux d’intérêt à 0%. Il peut présenter un montant maximal de 50 000 euros pour la réalisation d’un bouquet travaux. Cette somme peut faire l’objet d’un remboursement sur 20 ans. 

Le chèque énergie 

Réservé aux ménages modestes, le chèque énergie sert traditionnellement à payer les factures d’énergie domestique (électricité, gaz, fioul, bois, etc.). Toutefois, il peut aussi être utilisé pour régler un artisan RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) venu effectuer des travaux de rénovation. 

Son montant est compris entre 48 € et 277 €. C’est donc un petit complément en plus des programmes d’aides comme MaPrimeRénov’ et les CEE. 

La TVA à taux réduit

Enfin, l’installation d’une chaudière pulsatoire donne lieu à une TVA réduite à 5,5%. Ce taux s’applique à la main-d’œuvre et au matériel. C’est la seule aide pour laquelle vous n’avez pas besoin d’avoir recours à un professionnel RGE. 

Ce qu'il faut retenir sur la chaudière pulsatoire

  1.  La chaudière pulsatoire présente un fonctionnement peu commun pour une chaudière. Il se rapproche plus d'un moteur thermique. 

     

  2. Elle permet de réduire la facture de gaz et d’améliorer le DPE du logement.

  3. Performante, elle est aussi très simple à installer.

  4. Son prix est compris entre 3 000 euros et 6 000 euros.

  5. Il peut être diminué à l’aide de primes à la rénovation.

Quels sont les frais d’entretien d’une chaudière pulsatoire ?

Comme toutes les chaudières, cet appareil est soumis à un entretien annuel obligatoire. Il coûte entre 120 € et 200 € environ. 

Peut-on remplacer une chaudière fioul par une chaudière pulsatoire ?

Oui, si votre logement est raccordé au gaz. Toutefois, bien souvent, les logements chauffés au fioul se trouvent dans des zones qui ne sont pas raccordées au gaz naturel. C’est pourquoi, en général, les experts proposent plutôt de remplacer la chaudière à fioul par une pompe à chaleur. 

Quel système de chauffage choisir pour un logement neuf ?

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous