Les secrets de la sobriété numérique : comment limiter la pollution de nos smartphones, d’internet, etc.

de lecture
Publié le , mis à jour le

Liker des posts, regarder une série en streaming, envoyer un email, effectuer une recherche… Nous répétons ces gestes chaque jour, mais pensons rarement à leurs impacts sur l’environnement. Et pourtant, le numérique et sa croissance fulgurante représentent déjà 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. 

Il est facile d’oublier les infrastructures qui se cachent derrière nos usages numériques et pourtant, elles sont bien réelles. Pour exister, internet repose sur des centres de données, des câbles, des antennes, des terminaux (téléphones, ordinateurs, tablettes…) dont le fonctionnement engendre consommation d’énergie et rejets d’émissions carbone

Pour vous donner une idée de ce que cela représente, voici quelques chiffres clés : 

  • 15 000 km sont parcourus en moyenne par une donnée numérique : mail, vidéo, recherche…
  • 15 milliards d’objets connectés étaient recensés en 2018, on estime qu’ils seront 46 milliards en 2030.
  •  4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont déjà générées par le numérique, c’est équivalent à celle de l’aviation ! 

 

Tout commence dès la fabrication de nos appareils

Dans le cycle de vie d’un appareil électronique, c’est la phase de production de l’appareil qui mobilise le plus de ressources. La fabrication représente en effet 35% de l’énergie utilisée, 79% de l’eau consommée et 44% des émissions de gaz à effets de serre. La production de composants est également gourmande en métaux rares (tantale, indium…). En moyenne, il faut 800 kg de matière première pour fabriquer un ordinateur portable !

Pour limiter les dégâts, la première chose à faire est donc de ralentir le rythme de nos achats. Changer de tablette ou d’ordinateur tous les 4 ans, au lieu de 2, améliore de 50 % le bilan environnemental de l’appareil.

Lors de vos achats, vous pouvez essayer de choisir un appareil réputé pour sa fiabilité et sa capacité à être réparé, cela vous évitera de repasser à la caisse trop rapidement.

S’il s’agit d’un appareil dont l’utilisation n’est pas très fréquente, comme un appareil photo par exemple, vous pouvez également le louer. Pensez également à regarder du côté de l’occasion et des appareils reconditionnés ! 

Prenez soin de vos appareils

Puisque la fabrication d’appareils électroniques pèse lourd sur la planète, mieux vaut prendre soin de ceux que l’on possède déjà. Nous vous conseillons de les protéger avec une housse, de maintenir leur batterie autant que possible entre 20 et 80% pour les appareils mobiles, et de faire des pauses entre les utilisations les plus énergivores afin de soulager les batteries. 

Suivez vos consommations pour réaliser en moyenne 7,7% d’économies d’énergie* sur un an !
Souscrivez chez ENGIE afin de bénéficier du service gratuit Ma conso*

Chaque clic compte, mais certains plus que d’autres

Au quotidien, les usages numériques les plus lourds pour l’environnement sont ceux qui nécessitent de stocker et transférer des fichiers nombreux ou lourds : musiques en streaming, vidéos à la demande, pièces jointes dans les emails… Tous sollicitent des serveurs de données à l’alimentation électrique conséquente.

La lecture de vidéos en streaming (clips, vidéos de chats, séries, films…) est particulièrement inquiétante, car en pleine croissance. Elle représentait déjà plus de 61% du trafic Internet en 2019 !

Heureusement, plusieurs astuces très simples peuvent nous permettre de limiter l’impact des vidéos que nous consommons :

  • Désactiver la lecture automatique de vidéos, sur les sites et réseaux sociaux utilisés fréquemment : on charge ainsi uniquement les vidéos que nous souhaitons vraiment regarder
  • Utiliser une résolution un peu plus faible : plus la résolution de la vidéo est faible, moins les données transférées sont importantes, et moins son impact carbone est élevé. Vous n’avez peut-être pas besoin de regarder de vidéos en très haute résolution sur votre téléphone portable par exemple ?
  • Privilégier le Wifi à la 4G ou 5G : la 4G consomme 10 fois plus d’énergie qu’une connexion Wifi ! Plutôt que d’utiliser les données cellulaires, essayez de télécharger vos contenus sur le réseau Wifi de la maison ou du bureau pour en profiter en mobilité.

Il faut noter que ces petits gestes ne suffiront pas s’ils ne sont pas accompagnés par des initiatives des entreprises du web : dans l’avenir, nous pouvons espérer qu’elles reposent davantage sur les énergies renouvelables pour leurs services et qu’elles mettent en place des expériences pensées pour limiter leurs émissions de carbone. Un numérique plus sobre et vertueux… Et si c’était ça le futur ? 

ENGIE accompagne et récompense ses clients lorsqu’ils consomment moins et mieux !

Vous êtes clients ENGIE ? Via votre Espace Client, accédez gratuitement à Mon Programme pour Agir.

Retrouvez des conseils et des défis pour baisser votre consommation et gagner des points (les KiloActs). Utilisez- les pour soutenir des projets et obtenir des cadeaux écoresponsables !

Je découvre

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous

commerce equitable

Le commerce équitable

  • Economies d'énergie
  • Éco-gestes du quotidien
de lecture
Mis à jour le