Dossier ENGIE

Les principales aides pour l’acquisition d’une pompe à chaleur

de lecture
Publié le , mis à jour le

Choisir une pompe à chaleur pour son logement, c’est avant tout s’assurer d’un confort thermique homogène dans toutes les pièces, tout au long de l’année, mais aussi se donner les moyens d'économiser sur ses factures énergétiques. Mais, parce que la performance a un coût, découvrez les différentes aides pour une pompe à chaleur proposées en France.

Quelles aides pour l’achat d’une pompe à chaleur ?

Faire installer une pompe à chaleur (PAC) vous permet de bénéficier d’un mode de chauffage plus écologique et plus économique chez vous. Selon les modèles, ces appareils peuvent aussi rafraîchir l’air ambiant et assurer la production d’eau chaude sanitaire. Mais avec un coût moyen compris entre 7 000 et 12 000 euros, et des travaux d’infrastructure parfois importants à prévoir, profiter des aides pour une pompe à chaleur moins chère, permet de rentabiliser plus vite votre achat.

MaPrimeRénov'

Renforcée en octobre 2020 pour être ouverte à tous les ménages que leurs ressources soient modestes ou non, MaPrimeRénov'(1) remplace le CITE (crédit d’impôt à la transition énergétique) et participe au financement de travaux de chauffage, d’isolation ou de ventilation de l’habitat individuel ou collectif. Son montant forfaitaire varie selon la nature des travaux et 4 paliers de revenus. Son attribution est quant à elle soumise à l’intervention d’une entreprise labellisée RGE (Reconnu garant de l’environnement).

Prime Coup de Pouce économies d’énergie

Prolongées jusqu’au 31 décembre 2021, les primes Coup de pouce(2) se déclinent en deux aides distinctes : Coup de pouce chauffage et Coup de pouce Isolation. Versés par les entreprises signataires de la charte Coup de pouce et notamment par les fournisseurs d’énergie dans le cadre des CEE (Certificats D’économie d’Énergie), leurs montants varient selon la nature des travaux et les ressources des ménages. L'une et l'autre sont cumulables sous conditions avec MaPrimeRénov' et l’Éco-PTZ.

Le saviez-vous ?

En 2020, l’offre pour une pompe à chaleur à 1 euro n’existe plus. Toutefois, d'autres aides cumulables comme MaPrimeRénov' et le Coup de pouce chauffage bonifié par ENGIE, vous permettent de profiter d’une PAC performante à partir de 1 490 € pose incluse.

Taux de TVA réduit à 5,5 %

Les travaux de rénovation énergétique sont concernés par la TVA à taux réduit(3) dès lors qu’ils favorisent les économies d’énergie, une meilleure isolation thermique du logement, ou l'utilisation d'une source d’énergie renouvelable. Pour en bénéficier, il est impératif que les travaux comme les équipements, soient facturés par une entreprise. Pour un montant supérieur à 300 euros, une attestation spécifique doit également être complétée.

Éco Prêt à taux 0

L’Écoprêt à taux zéro(4) s’adresse à tous les propriétaires, occupants ou bailleurs, sans condition de revenus. Prolongé jusqu’au 31 décembre 2021, il peut être attribué pour la réalisation de travaux d’isolation, le changement de fenêtres en simple vitrage ou l’installation et le remplacement d'un système de chauffage. Les travaux doivent être effectués par une entreprise certifiée RGE, dans une résidence principale achevée avant 1990.

Les aides des collectivités locales

En plus des aides de l’État et des fournisseurs d’énergie, certaines collectivités locales proposent des subventions pour le financement de travaux de rénovation énergétique. Pour en savoir plus, renseignez-vous auprès de votre mairie ou de votre communauté de communes.

Comment savoir à quelles aides vous avez droit ?

Comme c’est le cas pour la majorité des subventions liées aux travaux de rénovation énergétique, pour être éligible vous devez faire appel à une entreprise labellisée RGE, pour votre résidence principale achevée depuis plus de deux ans.

Toutefois, des conditions de revenus, des plafonds adaptés aux ressources des ménages à revenus modestes ou des limitations d'équipements peuvent exister. La PAC air-air, assimilée à un climatiseur et considérée comme trop énergivore, est dorénavant presque systématiquement exclue des dispositifs de soutien au financement. MaPrimeRénov', l’Écoprêt à taux zéro et la prime Coup de pouce vous permettent à l’inverse d’alléger le montant à dépenser pour l’installation d’une pompe à chaleur air-eau ou à géothermie dont les modèles eau-eau.

Le saviez-vous ?

Vous effectuez des travaux de rénovation ou d’amélioration énergétique dans votre logement ? Vous avez besoin de conseils pour faire avancer votre projet ? Pour découvrir la liste des aides financières à demander avant l’achat de votre pompe à chaleur, faites confiance au simulateur et aux conseillers ENGIE.

6 critères pour bien choisir votre PAC

Avant de choisir votre pompe à chaleur, renseignez-vous toujours auprès de votre installateur. Lui seul connaît les particularités de chaque modèle et surtout, les aides accordées à l’achat qui diffèrent selon que vous ferez l’acquisition d’une pompe à chaleur air-eau, géothermique ou eau-eau.

1. Le type de pompe à chaleur

Les PAC aérothermiques (air-air ou air-eau) récupèrent les calories qu’elles utilisent dans l’air ambiant, tandis que les PAC géothermiques, dont les PAC eau-eau, utilisent les calories présentes sous terre grâce à des capteurs souterrains. Il existe également des pompes à chaleur solaire capables de transformer la lumière du soleil en chaleur.

2. Le besoin en température

À fonctionnement différent, performances énergétiques variées. Aussi, selon la zone d’habitation et le climat, une pompe à chaleur sera plus indiquée qu’une autre.

Sous un climat doux même l’hiver, la PAC air-air est suffisante. Une PAC air-eau se veut particulièrement adaptée aux logements déjà équipés d’un système de chauffage comme une chaudière, qu’elle complète parfaitement. Enfin, la PAC eau-eau reste la plus performante quel que soit le climat, même par temps froid.

3. Plusieurs options possibles

Pour prendre la bonne décision, autant étudier toutes les options. Certaines pompes à chaleur sont réversibles, ce qui veut dire qu’elles chauffent la maison en hiver et la rafraîchissent en été. La pompe à chaleur air-air est dans ce cas la plus performante.

Il est également possible d’ajouter la production d’eau chaude sanitaire à une PAC équipée d’un ballon de stockage d’eau. Les pompes à chaleur géothermiques et les PAC air-eau sont alors plus indiquées, de même que le chauffe-eau thermodynamique.

4. Une puissance suffisante

Une pompe à chaleur surdimensionnée alterne rapidement les cycles marche/arrêt. Ce fonctionnement est néfaste pour sa durée de vie. À l’inverse, une PAC sous-dimensionnée fonctionne trop souvent à plein régime sans permettre de réaliser les économies d’énergie souhaitées.

Pour calculer la puissance nécessaire d’une pompe à chaleur, il faut prendre en compte la surface du logement, son niveau d’isolation, la température moyenne souhaitée à l’intérieur et les particularités climatiques de la région, notamment ses températures annuelles les plus basses.

Ici, le coefficient de performance (COP) vous renseigne sur la performance de chaque PAC, c’est-à-dire, son ratio énergie consommée/énergie produite. Il est conseillé de choisir un modèle au COP égal ou supérieur à 3,5.

Calcul de volume d’une habitation

La formule (P = V x C x T) peut être utilisée pour calculer la puissance suffisante de votre pompe à chaleur ; P = puissance, V = volume en m3 de l’habitation, C = coefficient de construction et T = différence entre température intérieure souhaitée et température extérieure minimale. En cas de doute, faites toujours appel à un installateur professionnel.

5. Les travaux à réaliser

Selon le type de PAC choisi, des travaux d’installation plus ou moins invasifs seront nécessaires. Si les pompes à chaleur air-air et air-eau sont relativement simples à installer, les pompes à chaleur géothermiques eau-eau demandent la réalisation d’un forage ou d’une opération de terrassement pour l’installation des capteurs souterrains nécessaires.

6. Votre budget

Le coût d’une pompe à chaleur varie en fonction du type d’appareil installé, de sa puissance et des travaux nécessaires à sa pose. Aussi, n’hésitez pas avant de faire votre choix, à demander plusieurs devis.

  • Les PAC aérothermiques air-air sont plus abordables avec un prix compris entre 7 000 et 9 000 euros pose incluse pour un modèle 15 kW.
  • Les PAC aérothermiques air-eau sont facturées entre 10 000 et 12 000 euros pose comprise pour un modèle 14 kW.
  • Les PAC géothermiques et eau-eau sont les plus coûteuses avec un tarif moyen affiché à partir de 9 000 euros hors pose, auxquels il faut ajouter le coût des travaux de forage.

Aides pompe à chaleur : en bref

  1. 4 aides financières peuvent accompagner l’installation d’une pompe à chaleur chez vous ; MaPrimeRénov', le dispositif CEE avec la Prime coup de pouce économie d’énergie, l’Écoprêt à taux zéro et le taux de TVA réduit à 5,5 %.

  2. Pour en bénéficier, les travaux doivent être effectués par une entreprise labellisée RGE et dans une résidence principale achevée depuis plus de deux ans. Des conditions de revenus peuvent également être appliquées.

  3. 6 critères sont à prendre en compte avant de choisir sa pompe à chaleur : le type d’appareil, le besoin en température, les options souhaitées, la puissance, les travaux à réaliser et le budget.

Quel prix pour une pompe à chaleur ?

La fourchette de prix pour les pompes à chaleur varie beaucoup, notamment en fonction de l’appareil, des contraintes d’installation et de la puissance de l'appareil. Mais, une PAC reste un achat onéreux dont le prix moyen est compris entre 7 000 et 12 000 euros pose comprise pour les modèles à aérothermie, et débute aux alentours de 9 000 euros hors pose pour les PAC géothermiques.

Quelles aides financières pour une pompe à chaleur ?

Le financement d’une pompe à chaleur peut être accompagné par différentes aides attribuées notamment par l’État : MaPrimeRénov', la prime Coup de pouce économie d’énergie, la TVA à 5,5 % et l’Éco-Prêt à taux zéro.

Comment choisir sa pompe à chaleur ?

Pour bien choisir votre pompe à chaleur, tenez compte des différents types d’appareils (PAC aérothermique ou géothermique), de vos besoins (PAC réversible ou production d’eau chaude sanitaire), du climat notamment en hiver, de la puissance nécessaire en fonction du volume de votre logement, des travaux à réaliser et de votre budget.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous