Aides et primes : dépensez moins pour vos travaux

Dossier ENGIE

Isolation de la salle de bain : quels matériaux et pour quel prix ?

de lecture

Publié le , mis à jour le

Épargnez-vous de futurs problèmes d’humidité et améliorez votre confort en isolant votre salle de bain. Des travaux indispensables pour éviter… l’effet douche froide ! 

Réussir l'isolation d'une salle de bain nécessite une approche globale. Outre les murs, il est vivement conseillé d'isoler ici le sol et le plafond et de prévoir une ventilation. Créer une enveloppe thermique, choisir des isolants, installer une ventilation efficace, retrouvez tout ce qu’il faut savoir pour bien isoler votre salle de bain.

Pourquoi l’isolation de la salle de bain est indispensable ?

Plus que dans les autres pièces de la maison, l'isolation de la salle de bains comporte un triple enjeu :

  • Améliorer le confort des utilisateurs,
  • Réaliser des économies d'énergie, la consommation et la déperdition de chaleur y étant fortes,
  • Lutter contre l'humidité caractérisant cette pièce, dont les effets sont néfastes à long terme sur les parois et leurs parements.
Offres isolation
Découvrez nos offres isolation avec prime directement déduite de votre devis pour un reste à charge minimal.

Chauffée avant utilisation, la salle de bain affiche la température la plus élevée de la maison : 22 à 23°C en moyenne soit 5 à 7°C de plus que les autres pièces. Les risques de fuite de chaleur y sont d'autant plus importants. Il faut donc supprimer les éventuels ponts thermiques avec le reste du logement.

Idéalement, l’isolation des murs doit être à la fois thermique et acoustique, afin de réduire la gêne liée à l'usage de la salle de bain : ablutions, sèche cheveux… 

L'isolation du plafond, par lequel l’air chaud s’échappe le plus, est utile : la moindre fuite fait perdre plusieurs degrés à la pièce. Il ne faut pas hésiter à doubler ici l’épaisseur d’isolant.

Zone de froid par excellence, le sol de la salle de bain peut également voir son isolation renforcée par le dessous, s’il est accessible, ou par la création d'une nouvelle chape.

Comment choisir des isolants pour votre salle de bain

Le choix des matériaux a un impact la pérennité de l'isolation, ainsi que son efficacité. Ils doivent conjuguer :

  • résistance thermique, pour éviter les fuites de chaleur vers les autres pièces,
  • et résistance mécanique, pour faire face aux risques de tassement amplifiés par l’humidité.
  • Aux murs, un alliage de plaque de plâtre hydrofuge et de polystyrène expansé offrira une bonne résistance aux agressions de l’humidité, mais il existe aussi des isolants naturels.

Un particulier bricoleur peut envisager la pose de panneaux aux murs. Pour les travaux incluant l'isolation du plafond, du sol ou la pose d'une ventilation, le recours à un professionnel est vivement conseillé. Selon la nature de vos travaux, cela peut en outre vous permettre de bénéficier d’aides au financement. On y vient plus bas. 

Pare-vapeur ou frein-vapeur, un plus contre l’humidité de votre salle de bain

Installé de manière continue du côté chauffé d’un mur ou d’une toiture, le pare-vapeur est une membrane qui limite la vapeur d'eau dans les parois et les infiltrations d’air. Le pare-vapeur améliore donc l’étanchéité de votre isolation et agit contre l’humidité. Son installation n’est pas toujours obligatoire selon le type de bâti, l’isolant, le climat ou la zone à isoler. En fonction de l’isolant et du niveau d’humidité, le frein-vapeur est une autre possibilité. Demandez conseil à un professionnel afin de savoir si l’installation d’un pare-vapeur est nécessaire pour l’isolation de votre salle de bain.

Quels matériaux utiliser pour l’isolation d’une salle de bain ?

Liège, laine de verre, ou de roche, polystyrène expansé, ouate de cellulose, fibres recyclées, il existe désormais de nombreux matériaux d’isolation, naturels ou non, disponibles en différents formats (panneau, bloc, vrac, rouleau…), et qui s’adaptent parfaitement à votre projet et votre budget.

Le choix de l’isolant pour votre salle de bain se fait selon : 

  • les caractéristiques techniques du matériau (coefficient de conductivité thermique, résistance thermique, coefficient de transmission thermique),

  • l’endroit à isoler (murs, plancher, combles, plancher, sol), 

  • votre budget et le coût de l’isolant, 

  • votre envie de choisir des matériaux plus verts et biosourcés,

  • la surface à isoler. 

Quels sont les isolants naturels pour les murs ?

Si vous cherchez à utiliser des isolants naturels vous aurez l'embarras du choix. Pour les murs, la laine de mouton, le feutre de lin, la fibre de bois, la plume, l’ouate de cellulose, la laine de coton ou encore le liège sont parmis les plus courants.

Leurs qualités résident notamment dans leur bonne conductibilité thermique et dans le fait qu’ils réduisent grandement l’humidité. La combinaison de ces différents isolants permet d’ailleurs d’obtenir de meilleurs résultats pour isoler votre salle de bain. Et parmis eux, les matériaux prédilection sont la fibre de bois et le liège qui présentent d’excellentes performances techniques, résistent à l’humidité, ne se tassent pas et sont suffisamment respirants.

Quels sont les isolants disponibles pour le sol et le plafond ?

Pour le sol et le plafond vous pouvez utiliser des isolants minéraux (laine de verre, de roche...), naturel (liège, laine de mouton, chanvre...) ou synthétique (polystyrène, polyuréthane…).

Dans le cadre d’une rénovation thermique par le sol, l’utilisation de la laine de roche est certainement la forme la plus judicieuse puisque ce matériau possède une bonne résistance acoustique ainsi que des qualités ininflammables et une grande résistance à l’eau. De plus, la laine de roche est un produit facilement disponible sur le marché, qui possède un excellent rapport qualité/prix.

La pose est aussi cruciale que l'épaisseur

Bon à savoir : ce n’est pas uniquement l’épaisseur qui détermine les performances d’un isolant. La pose conditionne également la qualité et les performances de votre nouvelle isolation. Des espaces entre des plaques d’isolant et un positionnement non continu laissent en effet pénétrer l’air. 

Gardez en tête que selon le type d’isolation (mur intérieur, sol ou plafond) et l’épaisseur de l’isolant choisi, vous risquez de perdre en surface habitable ou en hauteur sous plafond.

Enfin, pour l’intérieur de votre salle d’eau, choisissez également des parements hydrofuges ou des matériaux possédant un revêtement adapté à cette pièce. Pierre, carreaux de ciment, bois traité, tadelakt ou béton, le choix est vaste !

Combien coûte des travaux d’isolation d’une salle de bain ?

Le coût du chantier dépend principalement de :

  • la surface à isoler,
  • le type d’isolation (sol, mur, plafond),
  • la complexité du chantier (rénovation, construction neuve, salle de bain au 4e étage sans ascenseur...),
  • l’isolant (laine de roche ou de verre, matériaux biosourcés),
  • le coût de la main-d’œuvre, si vous confiez vos travaux à un professionnel.
  • Le coût de l'habillage des parois isolées qui peut varier grandement en fonction des matériaux et de la décoration choisie. 

Chaque chantier est différent et il est donc difficile de donner un coût précis. Voici toutefois quelques fourchettes de prix indicatifs que nous constatons généralement pour vous faire une idée. 

Composant Solution possible Prix indicatifs
Sol Chappe flottante sur isolant Chape : 15 à 25 €/m²
Isolant : 9 €/m² (3 cm)
Mur Cloison de doublage complète avec laine de verre 90 à 120 € du m²
Plafond Faux plafond avec isolant 15 à 35 € du m²
Prix indicatifs. Pour payer le prix juste, demandez plusieurs devis.

Prévoir une ventilation efficace pour éviter l'humidité dans sa salle de bain

La coexistence d'eau et de chaleur dans la salle de bains entraîne la création de vapeur. Sur la durée, par condensation, l’humidité produite par la vapeur d’eau dégrade les parois et leur peinture, carrelage ou tapisserie. Elle favorise le développement de moisissures.

Pour maintenir une atmosphère saine dans votre salle de bains, l'humidité doit être chassée. Si votre salle d’eau est dotée d'une fenêtre, cette aération naturelle peut suffire. Cependant, afin d’améliorer la qualité de l’air intérieur et de maîtriser les débits de la ventilation de votre salle d’eau, l’installation d’un système de ventilation est primordiale, que ce soit une VMC (ventilation mécanique contrôlée), une VMR (ventilation mécanique répartie) ou une VMI (ventilation mécanique par insufflation).  

Pour renouveler l’air et éviter l’humidité, associez une ventilation mécanique avec une aération régulière (5 à 10 minutes par jour), même en hiver. Il est en effet plus facile de chauffer une pièce qui contient de l’air renouvelé. C’est scientifiquement prouvé ! Toutes les activités que nous effectuons à l’intérieur de chez nous produisent en effet de la vapeur d’eau, ce qui influence le taux d’humidité de l’air. Comme il est plus difficile de chauffer un air trop humide, vous consommez donc plus d’énergie pour chauffer des pièces non aérées. N’oubliez pas de couper le chauffage lorsque vous ouvrez vos fenêtres ! 

Dernier avantage à aérer régulièrement une pièce ? L’air se charge de composés organiques volatils (COV), des microparticules nocives qui proviennent des substances chimiques utilisées pour la fabrication d’une grande quantité d’objets.

À quelle température chauffer votre salle de bain ?

Pour faire rimer confort et économies d’énergie, l’ADEME (Agence de la transition écologique) recommande de chauffer à 22 °C votre salle de bain lorsque vous l’utilisez1.

Quelles aides pour financer l’isolation de votre salle de bain ?

Sous conditions de ressources et selon la nature des travaux (principalement rénovation énergétique, isolation et chauffage), vous pouvez prétendre à certaines aides et financements de l'État. Pour vous permettre de mieux appréhender votre budget, nous avons développé pour vous un simulateur d’aides qui estimera le montant de votre Prime Économies d’énergie. Essayez-le vite !

Ces aides sont attribuées sous conditions : les ressources de votre foyer, les performances énergétiques des équipements et matériaux choisis, et confier vos travaux à un professionnel RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). 

Ce qu’il faut retenir pour isoler sa salle de bain

  1. L’isolation de votre salle de bain est indispensable pour gagner en confort, faire des économies et éviter les risques d’humidité. 

  2. Vous pouvez isoler votre salle de bain au niveau des murs, du sol et du plafond.

  3. Pour une meilleure isolation de votre salle de bain, n’oubliez pas de remplacer vos vieilles fenêtres par des modèles avec double vitrage.

  4. Vous pouvez isoler votre salle d’eau vous-même. Néanmoins, si vous souhaitez bénéficier d’aides financières pour vos travaux de rénovation, faites plutôt appel à un professionnel RGE, une condition indispensable pour profiter d’un financement de l’État ou de votre fournisseur d’énergie.

  5. Si vous isolez les murs de votre salle de bain par l’intérieur, préférez un isolant avec une épaisseur moindre (mais toujours aussi efficace !) pour ne pas perdre trop de surface habitable.

  6. Pour éviter l’humidité, faites installer un système de ventilation de type VMC, VMI ou VMR, et aérez quotidiennement en ouvrant les fenêtres entre 5 à 10 minutes.

  7. Le prix de l’isolation d’une salle de bain dépend de nombreux paramètres. Ne signez jamais le premier devis, même si le prix vous semble correct. Demandez-en toujours au minimum 3

Comment éviter l’humidité dans une salle de bain ?

Procédez à l’isolation de votre salle de bain. Ouvrez les fenêtres et aérez tous les jours entre 5 et 10 minutes. Si vous n’avez pas de fenêtre dans votre salle de bain, assurez-vous qu’il y a un passage d’air de quelques centimètres sous votre porte, ou sinon laissez-la ouverte en journée. Installez un système de ventilation de type VMC (à entretenir et dépoussiérer régulièrement). Préférez des fenêtres à double vitrage et vérifiez l’étanchéité de leurs joints. N’oubliez pas de chauffer la pièce.

Peut-on isoler une salle de bain humide ?

Oui c’est possible, mais il faut d’abord trouver les causes de l’humidité afin de les traiter, et laisser la pièce sécher avant tout chantier d’isolation. Selon la charge d’humidité générale, certains matériaux, comme les isolants capillaires, conviennent mieux que d'autres. Consultez un professionnel pour être sûr de choisir le bon matériau pour votre salle de douche ou de bain.

Où faut-il installer un pare-vapeur ?

Le pare-vapeur se fixe du côté intérieur (chauffé) de l’isolation. Il doit être installé de manière continue afin d’assurer ses deux principaux rôles : éviter que la vapeur d’eau migre vers l’isolant et réduire les infiltrations d’air pour une meilleure étanchéité.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous