Connaître la consommation d'une clim réversible

de lecture
Publié le , mis à jour le

Présentée comme une solution pour faire des économies d’énergie, la climatisation réversible se montre globalement peu énergivore. Mais quelle est véritablement la consommation d’une clim réversible ? À quelles économies pouvez-vous vous attendre, et comment optimiser encore sa consommation ?

À quoi correspond la consommation d’une climatisation réversible ?

Lorsqu’on se penche sur la consommation d’une clim réversible, on s’intéresse plus précisément à sa consommation électrique, qui dépend directement de sa puissance. Autrement dit, on comptabilise le nombre de kilowattheures (kWh) utilisé pour fonctionner. Avec la climatisation réversible, il faut toutefois entrer davantage dans les détails. En effet, son efficacité est telle qu’elle restitue plus d’énergie qu’elle n’en consomme.

La notion de kilowattheure (kWh)

Un kilowattheure est tout simplement la quantité de kilowatts qu’un appareil consomme en une heure de fonctionnement. Cette notion concerne donc la clim réversible mais aussi tout autre appareil électrique.

La classe énergétique d’un climatiseur réversible

À la notion de kilowattheure s’ajoute celle de classe énergétique, capitale au moment d’acheter une climatisation réversible. En effet, elle traduit l’efficacité de l’appareil sur 10 échelons. Les appareils les plus performants affichent un A +++ sur leur étiquette de classe énergétique, tandis que les moins efficaces ont un G.

Une bonne place sur l’échelle énergétique induit souvent un coût plus élevé de l’appareil à l’achat. Cependant, il s’agit d’une information majeure sur l’efficacité de la climatisation, qui sera d’autant moins énergivore qu’elle se rapproche de A +++.

Si vous comptez faire tourner régulièrement votre clim, ce critère doit être déterminant dans le choix de votre climatiseur, afin de ne pas alourdir votre facture d’électricité.

Climatisation réversible
Été comme hiver, protégez votre confort des aléas météo

Comment calculer la consommation d'une climatisation réversible ?

Calculer la consommation d’une clim réversible est en fait très simple :

  • recherchez sur son emballage sa puissance en kWh ;
  • multipliez ce chiffre par le prix du kWh dont vous bénéficiez.

Avec la climatisation réversible, une petite subtilité doit toutefois être prise en compte : c’est la puissance du climatiseur qu’il faut introduire dans le calcul, et non celle de tout l’appareil.

Comment réduire la facture de la consommation de sa climatisation réversible ?

Vous avez opté pour une clim réversible peu énergivore et fait attention à bien la dimensionner en fonction du volume que vous souhaitez rafraîchir ? Il existe encore des solutions supplémentaires pour réduire la consommation de sa clim réversible, une fois l’appareil installé.

Les bons gestes d’entretien

Pour assurer le bon fonctionnement de son climatiseur, un entretien régulier et soigneux est indispensable. Certes, ce n’est pas une obligation légale (à l’exception des climatiseurs de plus de 12 000 W), mais poussières, moisissures et détérioration du matériel interne peuvent nuire considérablement au fonctionnement d’une clim. En effet, elles demandent à l’appareil un effort supplémentaire pour offrir la température demandée, ce qui entraîne une usure prématurée de ses éléments, et une surconsommation d’énergie qui se répercute sur votre facture.

Voici donc les quelques gestes d’entretien de base à adopter rapidement :

  • nettoyer les filtres (placés juste derrière le capot) ;
  • dégager les sorties d’air des unités intérieures et extérieures ;
  • vider et nettoyer le bac à condensats (où l’eau condensée est acheminée).

Il est également recommandé de faire intervenir un professionnel pour un contrôle d’étanchéité, idéalement chaque année. Vous avez ainsi l’assurance que votre appareil est en pleine forme et donne le meilleur de lui-même !
 

Comment bien régler sa clim réversible ?

Si la puissance d’un climatiseur est le facteur de consommation énergétique principal, la consommation d’une clim réversible dépend également de l’usage qui en est fait. L’ADEME (Agence de la transition écologique) recommande ainsi de régler son appareil de façon à conserver un écart entre la température extérieure et la température intérieure de 5 à 7 °C1 pour en maîtriser la consommation.

La consommation de votre climatisation réversible sera également mieux gérée si vous lui demandez une température stable tout au long de la journée, ou, mieux encore, tout au long de l’été. Dans ce domaine, le système Inverter est imbattable. Il est en effet possible de régler la température souhaitée au demi-degré près. Surtout, sa technologie lui permet d’ajuster en permanence la température, sans passer par des cycles de « tout ou rien », c’est-à-dire une alternance de phases d’arrêt puis de rallumage. Or, ce sont ces dernières qui sont particulièrement énergivores dans le fonctionnement d’un climatiseur.

Climatisation réversible ou chauffage en hiver : quel appareil consomme le moins ?

En hiver, un système de chauffage par radiateurs consomme autant d’énergie qu’il en produit. Autrement dit, pour 1 kW consommé, vous recevez 1 kW de chaleur dans votre intérieur. Or, la clim réversible va bien au-delà, car elle possède un SCOP (coefficient saisonnier de performance) élevé.

Si l’appareil que vous avez choisi affiche un SCOP de 4, cela signifie qu’il vous restitue 4 kW pour 1 kW consommé. Il exprime le ratio entre ce que l’appareil produit et ce qu’il coûte, en mode chaud. Plus le SCOP est élevé, plus le climatiseur est performant.

Il existe l’équivalent pour le mode froid, appelé SEER (coefficient d’efficience énergétique saisonnier). Tous deux sont en lien étroit avec la classe énergétique de la clim. Il apparaît donc que c’est la climatisation réversible qui se révèle la moins énergivore. Selon l’ADEME, la consommation d’une clim réversible peut être inférieure de 30 %, pour un appareil Inverter de classe A2. Étant donné le prix d’achat, la rentabilité de l’investissement se fait ressentir au bout de quelques années, mais elle est indéniable.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article