Prix d'une chaudière gaz : prendre en compte tous les critères afin de faire le bon choix !

de lecture
Publié le , mis à jour le

C’est décidé, vous équipez votre logement d’une chaudière à gaz. Cependant, entre les modèles classiques, les chaudières à condensation et celles basse température, le choix s’annonce cornélien ! Quelle que soit la technologie pour laquelle vous opterez, prenez bien le temps de définir vos besoins et d’évaluer le rapport entre la qualité et le prix de votre future chaudière à gaz.

Les types de chaudières à gaz et leurs spécificités

Qu’elles soient alimentées par du gaz naturel ou du propane, les chaudières à gaz actuelles se déclinent en plusieurs types différenciés par la technologie utilisée, le rendement proposé, ainsi que le coût affiché.

La chaudière à gaz classique

Ce type de chaudière fait partie des plus anciens et, à ce titre, il affiche une consommation énergétique plus élevée que celle des modèles plus récents. Cela s’explique par le fait que la chaudière traditionnelle fonctionne avec de l’eau chauffée à haute température (entre 60 et 90°C). Si cet équipement permet de chauffer un espace rapidement, ses besoins énergétiques, en revanche, sont très importants.

La chaudière à gaz à condensation

Ces installations récupèrent l’énergie en condensant la vapeur d’eau émanant des gaz de combustion. Cette technologie permet une baisse de la consommation d’énergie d’environ 15 à 20 %1 comparativement aux chaudières classiques. Ce type de chaudière offre également un confort thermique supérieur lorsqu’il est notamment couplé avec un plancher chauffant basse température.

La chaudière à gaz basse température

Comme son nom l’indique assez clairement, ce type de chaudière chauffe l’eau à une température de 50°C, soit 10 à 40°C de moins qu’une chaudière standard. Cela représente près de 12 à 15 %1 d’énergie consommée en moins.

Changer de chaudière avec ENGIE
d'économies d'énergie
Jusqu'à 800€ / an

De quoi dépend le prix d'une chaudière à gaz ?

Le coût d’une chaudière à gaz varie en fonction de divers paramètres :

  • la technologie : généralement, plus l’installation est performante, plus son prix d’achat grimpe. Par exemple, une chaudière gaz à condensation est en moyenne 30% plus chère qu’une chaudière gaz classique. Néanmoins, elle permet de réaliser des économies d’énergie plus importantes ;
  • la puissance : il est important d’opter pour un modèle dont la puissance est adaptée à la surface de chauffe et, dans certains cas, aux besoins en eau chaude sanitaire du foyer. Un surdimensionnement pourrait entraîner des dépenses supplémentaires inutiles ;
  • la marque : de nombreux fabricants se partagent le marché de la chaudière à gaz, et proposent des modèles à des prix très variables ;
  • le type de pose : les chaudières au sol nécessitent un investissement financier plus important que celles fixées au mur, car elles sont souvent plus puissantes.


Le coût d'installation d'une chaudière à gaz

Pour bénéficier d’une installation sécurisée et accéder aux différentes aides financières proposées par l’État, il est impératif de faire appel à un professionnel certifié "Reconnu Garant de l’Environnement" (RGE). Le prix de l’installation de votre chaudière à gaz variera en fonction de plusieurs paramètres techniques : type de pose, modèle, tubage, mise en service… En moyenne, il faut prévoir un budget compris entre 500 et 1 000 €3.

Les prix des différentes chaudières à gaz

Type de chaudière à gaz

Prix minimum

Pris maximum

Chaudière à gaz standard

500 €

2 500 €

Chaudière à gaz à condensation

3 000 €

5 000 €2

Chaudière à gaz basse température

1 000 €

3 000 €

Les aides au financement d'une chaudière à gaz

Afin d’encourager les Français à équiper leur logement avec des systèmes de chauffage économes en énergie, l’État propose différentes aides financières accessibles pour certains modèles de chaudière gaz à haute performance énergétique :

  • Prime Renov' : accessible sous conditions de ressources aux propriétaires occupants ;
  • Eco-prêt à taux 0 % : montant du prêt variant entre 10 000 et 30 000 €, attribué aux propriétaires occupants et aux bailleurs ;
  • Aide Habiter Mieux Sérénité de l’Agence nationale de l’habitat (ANAH) : prise en charge, sous conditions de ressources, d’une partie du montant des travaux (30 à 50 %) effectués par un propriétaire occupant ;
  • Prime Coup de Pouce : accessible sous condition de ressources aux propriétaires, bailleurs ou locataires occupants qui installent une chaudière à condensation ;
  • la TVA à taux réduit de 5,5 % : ce taux est octroyé pour l’installation de chaudières à gaz dont l’efficacité énergétique saisonnière (ETAS) est supérieure ou égale à 92 %.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article