Qu'est-ce que le GNL, le gaz naturel liquéfié ?

de lecture
Publié le , mis à jour le

Gaz naturel sous forme liquide, le GNL émet peu de CO2 et se transporte facilement grâce à un volume bien moins important que sous sa forme gazeuse. Essentiellement composé de méthane, il ne produit pas de fumée lors de la combustion, ce qui le rend particulièrement agréable à utiliser à la maison comme dans l’industrie. Et la liste de ses avantages ne s’arrête pas là.

Gaz naturel liquéfié - GNL : des caractéristiques avantageuses à tous les niveaux

Le gaz naturel est issu de la transformation naturelle, à l’échelle de plusieurs millions d’années, de divers matériaux organiques tels que le plancton ou les algues. On le trouve dans des gisements, dont il est extrait sous forme de gaz. Il est ensuite liquéfié pour des questions de facilité de transport et de stockage. Le GNL est un gaz qui se compose lui-même de différents types de gaz :

  • du méthane en grande majorité ;
  • un peu d’éthane ;
  • un infime pourcentage d’autres composés fossiles.

Il prend l’apparence d’un liquide transparent sans odeur, et se révèle la moins polluante des énergies fossiles lors de sa combustion. En effet, cette dernière ne produit ni fumée, ni suie, ni poussière. L’utilisation de gaz naturel liquéfié est ainsi une démarche plus respectueuse de l’environnement que celle du charbon bien sûr, mais aussi du fioul, voire du butane ou du propane.

Le GNL affiche un pouvoir calorifique supérieur (PCS) moyen de 11,75 kWh/m31, ce qui en fait une énergie très performante, surtout lorsqu’on prend en compte le volume occupé : le gaz naturel liquéfié prend en effet 600 fois moins de place2 que le gaz naturel à l’état gazeux.

Inodore, non corrosif, le GNL est également non toxique en cas d’inhalation : l’idéal pour un usage domestique en toute sécurité.

Découvrez nos offres de gaz naturel !
Nos offres sont sans engagement, sans frais de résiliation.

Stockage, transport, transformation : les techniques liées au GNL

Bien plus pratique à transporter puisque moins volumineux, le GPL s’obtient en plusieurs étapes dans des usines spécialisées :

  • l’épuration : elle vise à éliminer le CO2 et les composés soufrés du gaz naturel pour qu’ils n’endommagent pas les machines en se solidifiant ;
  • la déshydratation : elle consiste à supprimer l’eau du gaz ainsi que les éventuelles traces de mercure, également pour des questions de protection des machineries ;
  • le prérefroidissement : il permet d’isoler le butane, le propane et les hydrocarbures lourds, qui pourront servir dans la pétrochimie ou comme carburants ;
  • la liquéfaction : une étape à renouveler plusieurs fois, qui produit un gaz liquide dont la température atteint -160°C2.

Le GNL est ensuite stocké dans des réservoirs conçus pour préserver sa basse température et donc sa forme liquide. La grande capacité de compression du gaz naturel permet le stockage d’importantes quantités d’énergie.

Le transport du gaz naturel liquide respecte les mêmes contraintes de température, et doit donc se faire grâce à des navires spécialement conçus : les méthaniers, dont les réservoirs adiabatiques (sans pertes thermiques). Le GPL est livré dans des terminaux méthaniers. La France en compte quatre1 :

  • Montoir-de-Bretagne ;
  • Fos-Tonkin ;
  • Fos-Cavaou ;
  • Dunkerque.

Lorsque c’est nécessaire pour son utilisation, le gaz naturel liquide est réchauffé à haute pression pour le regazéifier avant d’être injecté dans les gazoducs du réseau de distribution.

i Le GNL et le GPL : différences et ressemblances

Plusieurs gaz peuvent être liquéfiés. C’est le cas du gaz naturel, mais aussi du butane et du propane, qu’on appelle alors GPL, gaz de pétrole liquéfiés. Ils présentent ainsi, comme le GNL, l’avantage d’être facilement transportables. À la différence du gaz naturel liquide, le processus de liquéfaction se fait cependant à moins haute pression.

Qui peut utiliser le GNL ?

Le choix du gaz dépend de son usage, mais le GNL se révèle particulièrement polyvalent. Il constitue une excellente solution de production de chaleur et d’énergie sur des sites isolés, lorsque l’accès à un réseau d’électricité ou de pipelines est impossible ou trop onéreux.

Le GNL est ainsi particulièrement utilisé dans les secteurs tels que :

  • l’agriculture ;
  • les exploitations minières ;
  • la transformation alimentaire ;
  • le revêtement routier.

Une fois regazéifié, le GNL est cependant tout à fait disponible pour un usage domestique. Dans les foyers, il constitue ainsi le combustible des chaudières à gaz qui alimentent le réseau de chauffage et produisent l’eau chaude sanitaire.

Enfin, le GNL est également utilisé comme carburant, à commencer par les navires méthaniers eux-mêmes, mais aussi par certains gros véhicules comme les camions ou les bus. Cette pratique est plus courante aux États-Unis, mais constitue de manière générale une motorisation alternative plus propre que le diesel.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Partager cet article

Nous avons sélectionné ces articles pour vous