Tous nos conseils sur le gaz naturel

Comment est produit le biométhane ?

Publié le

Tags de l'article

D’origine naturelle et surtout entièrement renouvelable, le biométhane est un gaz vert issu de la dégradation naturelle des déchets organiques reproduite au niveau industriel. Le biométhane se est d’une grande polyvalence : carburant et combustible, il est utile à la production d’électricité et de chaleur et peut être utilisé comme gaz de ville. Sa large palette d’utilisations, son caractère renouvelable et sa non-toxicité en font une énergie en plein essor qu’avec ENGIE nous contribuons à développer sur toute la chaîne de production.

Le biométhane, un gaz vert pour une consommation plus responsable

Le biométhane est une énergie nouvelle qui naît à la fin d’une longue chaîne de processus de méthanisation. Tout commence de façon naturelle avec la dégradation des déchets issus de l’industrie agroalimentaire, de l’agriculture, des ordures ménagères et autres résidus organiques solides ou liquides (lisiers, boues d’épuration). Lorsqu’ils se retrouvent en milieu privé d’oxygène, ils sont peu à peu digérés par des bactéries qui produisent du méthane accompagné d’autres gaz. Ces mêmes bactéries reproduisent un principe vieux de plus de trois milliards d’années et qui a entraîné l’apparition de l’oxygène sur Terre. Les déchets issus de la production du biométhane peuvent être recyclés, notamment sous forme de compost. Le biométhane est donc un gaz vert, propre et renouvelable, dont vous pouvez profiter avec l’offre Mon Gaz Vert* proposée par ENGIE. Sans engagement de durée, elle vous laisse la liberté de choisir le site de production de 10 % de votre gaz.

Mon Gaz Vert

10% de gaz d'origine renouvelable dont vous choisissez le site de production !

Les techniques de production du biométhane

Si la dégradation des déchets organiques est un processus naturel très ancien, sa valorisation par des techniques industrielles est relativement récente. Le biométhane résulte en effet de l’épuration du biogaz, ce qui demande le recours à de nombreuses phases techniques au sein d’une unité de méthanisation. Les déchets organiques sont stockés dans une grande cuve privée d’oxygène et maintenue à une température constante et confortable pour les bactéries d’environ 37 °C. C’est là que se forme le biogaz par méthanisation. Si vous avez déjà entendu parler de méthanation, il s’agit d’un processus similaire ayant pour point commun, l’utilisation du méthane. La méthanation crée du gaz à partir de déchets organiques, tandis que la méthanisaiton transforme l’électricité en gaz. La matière qui reste dans le digesteur après la méthanisation est appelée digestat et peut servir de compost pour l’épandage des terres agricoles. Le gaz obtenu n’est pas encore du biométhane, mais du biogaz. Il faut alors éliminer de ce gaz toutes ses impuretés qui le rendent impropre à son utilisation : dioxyde de carbone, hydrogène sulfuré et eau sont en effet corrosifs pour les réseaux de distribution de gaz, ou toxiques. C’est seulement à partir de ce moment-là qu’on peut parler de biométhane, dont la qualité équivalente à celle du gaz naturel lui permet d’être injecté dans les réseaux. Il existe d’autres moyens de produire du biométhane :

  • la gazéification, qui convertit le bois et la paille en gaz de synthèse puis en biométhane ;
  • le biométhane de 3e génération est produit à partir de microalgues élevées en grande quantité dans des réacteurs photosynthétiques. Cette technique innovante encore peu utilisée est destinée à se développer dans les décennies à venir.

N’oublions pas que la méthanisation est un processus d’abord naturel ! Et il se trouve, qu’on peut récupérer du biogaz produit dans des lieux propices, comme les décharges, avant de l’épurer pour obtenir du biométhane. La production de biométhane promise à un grand essor et le biogaz disponible naturellement étant limité, ENGIE favorise le biogaz issu des sites de production à grande échelle.

 

Le biométhane, une énergie pleine d’avenir

Le biométhane est compatible avec les réseaux de distribution de gaz naturel actuels. Pour encourager l’utilisation de ce gaz vert et mettre progressivement fin à l’usage des énergies fossiles, les pouvoirs publics ont mis en place un dispositif qui implique :

  • une obligation d’achat de la part des fournisseurs de gaz, à des tarifs fixés par un arrêté ;
  • une contribution biométhane que règle tout consommateur de gaz.

Ce dispositif de soutien est efficace puisqu'entre 2012 et 2015, les installations de production de biométhane sont passées de 1 à 20 et que la quantité de biométhane injectée dans les réseaux a été multipliée par plus de 14**. Si le biométhane est une énergie renouvelable en France qui se développe rapidement, le mouvement est européen, avec l’Allemagne au premier plan, suivie par l’Autriche, le Danemark et la Suisse. Né en Angleterre à la fin du XIXe siècle, le premier digesteur a ouvert la voie à une énergie nouvelle vouée à s’améliorer : la qualité du digestat et du biogaz peut en effet être encore affinée, tandis que les unités de méthanisation seront encore davantage intégrées dans leur environnement. Il faut dire que les enjeux sont importants. Si la méthanisation ne peut pas traiter tous les déchets (l’incinération reste encore nécessaire), elle se révèle être une source d’énergie verte, renouvelable et polyvalente très intéressante. Le biométhane peut en effet servir de carburant, de gaz de ville, ou à produire de l’électricité verte. Créatrice d’emplois, la filière est une piste de choix pour permettre à la France d’atteindre l’objectif affirmé dans la loi sur la Transition énergétique, qui est d’utiliser 10 % de carburant d’origine renouvelable dans les transports d’ici 2020***. Vous l’aurez compris, le biométhane est destiné à jouer un rôle majeur et lorsqu’on se demande quelles sont les énergies renouvelables qui permettront de se chauffer, de se déplacer ou d’allumer la lumière dans les années à venir, le biométhane est une réponse qui occupe désormais le devant de la scène.

Sources :

*Offre de marché de gaz naturel réservée aux clients particuliers, d'une durée d'un an, à prix fixe hors évolution des impôts, taxes et contributions de toute nature avec Espace Client, facture électronique et prélèvement automatique. Offre disponible dans la limite de 10 000 souscriptions et jusqu'au 31/12/2018. ENGIE achète l'équivalent de 10% de la quantité de gaz naturel consommée par le client en gaz d'origine renouvelable produit par le site choisi par le client et dispose des Garanties d'Origine correspondantes. Une Garantie d'Origine atteste que le biométhane a été injecté sur le réseau de gaz à partir d'une installation de production de biométhane. En souscrivant à une offre de marché, vous pourrez revenir à tout moment et sans frais au tarif réglementé en gaz naturel, si vous consommez moins de 30 000 kWh/an, pour votre lieu de consommation si vous en faites la demande (si vous consommez plus de 30 000 kWh/an en gaz naturel, vous ne pourrez plus revenir au tarif réglementé en gaz naturel). Prix fixe, hors évolution des impôts, taxes, contributions de toute nature :A la souscription, le prix de l'offre Mon Gaz Vert est : -pour l'abonnement, identique à celui du Tarif Réglementé en vigueur* -pour le kWh TTC (c'est-à-dire la part du prix fonction de votre consommation de gaz), majoré de 6,5% par rapport à celui du Tarif Réglementé en vigueur*. Pendant 1 an, votre prix restera identique, sans hausse, quelle que soit l'évolution du tarif réglementé. *(A l'exception du TR Base, la plage de consommation de 0 à 6 MWh/an correspond au Tarif B0).

** CRE : http://www.smartgrids-cre.fr/index.php?p=biomethane-biogaz-soutien

*** http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/indicateurs-indices/f/2487/0/part-energies-renouvelables-consommation-finale-brute.html