Tous nos conseils sur le gaz naturel

Gaz vert et gaz naturel : quelles différences ?

Publié le

Tags de l'article

Le gaz vert et le gaz naturel présentent des similitudes sur certains points. Mais leur origine est très différente. Pour vous aider à les distinguer, ENGIE vous explique comment ils sont produits, comment le gaz vert est injecté dans le réseau et quels sont ses avantages.

Contrairement au gaz naturel, le gaz vert fait partie des énergies dites renouvelables.

Mon Gaz Vert

10% de gaz d'origine renouvelable dont vous choisissez le site de production !

Le gaz naturel : d’où vient-il ?

Le gaz naturel est présent sous la surface de la Terre. Il provient de la décomposition de diverses matières organiques, comme des algues par exemple. Comme ce processus a pris des millions d’années, le gaz naturel est considéré comme une énergie fossile, au même titre que le pétrole. Cependant, il est nettement moins polluant que ce dernier. Le gaz naturel est même considéré comme le plus propre des combustibles fossiles. D’où parfois la confusion avec la notion de gaz vert.  

Pour vous donner plus de détails, on distingue deux grandes catégories de gaz naturel. Les gaz dits « conventionnels », comme le gaz biogénique par exemple, sont extraits de grands gisements souterrains. A leurs côtés existent aussi des gaz non conventionnels, comme le gaz de schiste. Leur exploitation est plus complexe car au lieu de former de vraies « poches » de gaz, les gaz non conventionnels sont seulement présents à l’état diffus dans la roche. 

Qu'est-ce que le gaz vert ?

Contrairement au gaz naturel, le gaz vert fait partie des énergies dites renouvelables. Il entre donc dans la même catégorie que l’électricité produite par les panneaux solaires ou les éoliennes, par exemple. C’est pourquoi vous pouvez parler indifféremment de gaz vert ou de gaz renouvelable. 

Comment le gaz vert est-il fabriqué ?

Actuellement, le gaz vert est essentiellement produit par la fermentation de matières organiques dans un milieu sans oxygène. Ce processus se nomme méthanisation. Plusieurs matières peuvent être exploitées, comme des déchets ménagers (ex. : restes de repas), du bois, des boues issues de l’épuration des eaux usées ou encore des déjections animales venant d’exploitations agricoles (ex. : lisier). 

L’opération consiste essentiellement à chauffer ces matières dans une grande cuve fermée, appelée digesteur, méthaniseur ou réacteur à biogaz. Elle conduit à la formation de biogaz au bout de quelques semaines. 

Rien ne se perd

A la fin de la méthanisation, le résidu solide au fond de la cuve, nommé digestat, peut servir d’engrais. 

Comment le gaz vert est-il injecté sur le réseau ?

Le biogaz contient principalement du méthane (plus de 50 %) et du dioxyde de carbone. En l’état, il peut déjà servir à alimenter des moteurs biogaz, pour générer de la chaleur et de l’électricité. Mais avant d’être injecté dans le réseau, il doit subir une épuration. Au terme du processus, on ne parle plus de biogaz mais de biométhane : il contient plus de 97 % de méthane*, ce qui lui confère une qualité équivalente à celle du gaz naturel. 

Avec un seul atome de carbone pour 4 atomes d’oxygène, le méthane est l’hydrocarbure le plus simple. Retenez que sa combustion libère peu de dioxyde de carbone par rapport aux autres hydrocarbures. 

Reste encore à injecter ce gaz vert dans le réseau pour qu’il alimente votre chauffage, votre gazinière ou encore votre chauffe-eau. Pour cela, les fournisseurs d’énergie renouvelable, comme ENGIE par exemple, doivent acheter des Garanties d’Origine (GO) auprès de producteurs de biométhane. Chaque GO représente 1 mégawattheure de biométhane injecté dans le réseau. Comme pour le gaz naturel, une substance odorante est associée au biométhane afin qu’il soit facilement repérable en cas de fuite de gaz. 

Quels sont les avantages du gaz vert par rapport au gaz naturel ?

Le gaz vert peut être produit facilement et assez rapidement. La chaîne de production et de consommation du gaz renouvelable, dans son ensemble, entraîne une libération de CO2 plus faible que celle du gaz naturel. Le biométhane est donc moins polluant. Autre atout non négligeable : son mode de production permet de réduire le nombre de déchets. Le biométhane représente donc un combustible intéressant dans le cadre de la transition énergétique. 

Quelles sont les offres de gaz vert à votre disposition ?

Plusieurs fournisseurs d’énergie développent des offres de gaz renouvelable. Découvrez « Mon Gaz Vert » par exemple. Avec cette offre de marché sans engagement de durée, ENGIE s’engage à acheter l'équivalent de 10 % de la quantité de gaz que vous consommez en gaz d'origine renouvelable auprès du producteur de biométhane français de votre choix. Vous pouvez consulter les GO correspondantes sur le Registre national des Garanties d’Origines (RGO). Il est disponible en ligne sur le site de GRDF, le gestionnaire du réseau du gaz naturel.

À noter : l’offre Mon Gaz Vert est disponible dans la limite de 10 000 souscriptions jusqu'au 31/12/2018.

* Source : Méthanisation - Solution d’avenir - dossier « ADEME & Vous » n° 75

Ces articles peuvent vous intéresser...