Tous nos conseils sur le gaz naturel

Qu’est-ce qu’un Point d’Echange de Gaz (PEG) ?

Publié le

Tags de l'article

Les Points d’Échange de Gaz (PEG), ou PEG en version abrégée, sont des points virtuels au sein desquels les différents acteurs de la filière gazière effectuent leurs transactions financières. Un concept pas évident à comprendre pour les non-initiés ! Où se trouvent ces PEG ? À quoi servent-ils ? Comment et par qui sont-ils régis ?

Les PEG, à quoi ça sert ?

Les échanges sur le marché de gros du gaz naturel ont lieu sur des points virtuels du réseau de transport de gaz français appelés Points d’Échange de Gaz (PEG). Ainsi, les différents utilisateurs du réseau de transport doivent nécessairement s’approvisionner auprès d’un PEG puisque ce sont ces plateformes qui assurent contractuellement la gestion des entrées et des sorties gazières. Les expéditeurs vont alors acheter les volumes qu’ils souhaitent. Ceux-ci seront alors acheminés par l’un des deux gestionnaires du réseau de transport du gaz en France : GRTgaz pour la zone nord et Téréga (ex-TIGF) pour la zone sud. Le fait de passer par des PEG gaz pour effectuer ces différents échanges permettra chaque jour d’établir des bilans visant à équilibrer les injections de gaz sur le réseau en fonction du niveau des soutirages. C’est un moyen de sécuriser les approvisionnements et d’éviter les ruptures de distribution.

Découvrez nos offres de gaz naturel !

Nos offres sont sans engagement, sans frais de résiliation.

Les PEG, comment ça fonctionne ?

Au sein d’une zone de transport, les échanges de gaz sont gérés en de nombreux points d’interconnexion avec notamment les terminaux méthaniers, les points d’interface de transport des différents réseaux de distribution ou encore avec les grands industriels. Les points d’échanges réels sont donc multiples. En revanche, les acteurs du marché réalisent quant à eux leurs échanges via un seul PEG correspondant à une zone de transport donnée. Quels sont les PEG en France ? Depuis 2015, les achats et les ventes de gaz naturel réalisés sur le marché de gros en France se concrétisent au travers de livraisons physiques effectuées en deux Points d’Échange de Gaz (PEG) virtuels. Ceux-ci sont rattachés aux trois zones d’équilibrage du réseau de transport français :

  • le PEG nord, rattaché à la zone du réseau GRTgaz nord ;
  • la TRS (Trading Region South) rattachée aux zones d’équilibrage de GRTgaz sud et de TIGF.

Ces différentes zones assurent l’équilibrage des volumes qui entrent sur le réseau de gaz pour être utilisés par les consommateurs.

À ne pas confondre Souvent confondus, les termes PEG et zone d’équilibrage désignent pourtant deux entités distinctes. La zone d’équilibrage correspond au réseau de transport au sein duquel le gaz est acheminé. Elle est connectée à de nombreux autres réseaux. Le PEG, de son côté, constitue la structure virtuelle au sein de laquelle les échanges financiers relatifs à une zone d’équilibrage vont être effectués.

Vers une zone de marché unique

Sur le territoire français, le réseau de transport du gaz naturel est divisé en deux grandes places de marché : le PEG nord et la Trading Region South (TRS), elle-même issue du regroupement du PEG sud et de TIGF. À partir du 1er novembre 2018, la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE) a décidé la fusion de ces deux zones en une seule place de manière à fluidifier les approvisionnements et à rendre le marché gazier français plus compétitif. De cette fusion naîtra donc la Trading Region France (TRF), une zone unique par laquelle les entrées et les sorties seront réalisées au travers d’un seul PEG.

Quelle est l’incidence des PEG sur le prix de gaz ?

La fusion des zones PEG Nord et TRS a été décidée en grande partie pour réduire l’écart de prix du gaz entre les deux zones. En effet, celui-ci avait tendance à augmenter sensiblement lors des pics de consommation hivernaux et en fonction des différentes taxes sur le gaz. En 2015, une première étape avec la fusion des zones PEG Sud et TIGF avait été franchie et avait considérablement réduit les phénomènes de spéculations du marché. En 2018, la mise en place d’une zone de marché unique vise donc à influencer les prix du gaz à la baisse en fluidifiant les acheminements nord/sud du gaz, en harmonisant les échanges et en optimisant les différentes procédures administratives. À terme, les expéditeurs, dont ENGIE Gaz fait partie, devraient pouvoir répercuter les économies qu’ils feront sur les offres tarifaires proposées aux consommateurs.

Ces articles peuvent vous intéresser