Tous nos conseils sur l'électricité

Le raccordement de panneau solaire de A à Z

Publié le

Tags de l'article

Un panneau solaire capte le rayonnement du soleil pour le convertir en énergie exploitable. Si c’est un panneau solaire thermique, il s’agit de chaleur. Si c’est un panneau solaire photovoltaïque, il s’agit d’électricité. Quand on a dit ça, on a tout dit et on n’a rien dit ! Le panneau solaire, en effet, n’est que le premier maillon d’une chaîne technologique au bout de laquelle, si vous êtes équipé, calories ou watts sont à votre disposition pour profiter d’un confort moderne dont nous n’avons même plus conscience tant il fait partie de nos petites habitudes. Qui dit chaîne dit raccordement des maillons, à commencer par le premier d’entre eux. Du système le plus simple au plus complexe, ENGIE vous fait la revue de détail !

Vous faites ce que vous voulez chez vous ? Oui, mais dans le cadre des obligations légales !

Installer des panneaux solaires

Jusqu'à

600€TTC (1)

d'économies sur votre facture d'électricité

Tout en fluidité : le raccordement de panneau solaire thermique

« Fluide » est le maître mot de ce type de dispositif.

La chaleur du rayonnement solaire est captée par le ou les panneaux thermiques, généralement installés sur le toit avec une bonne exposition au sud, et transmise à un fluide caloporteur circulant à l’intérieur d’un serpentin sous la surface vitrée.

C’est ce serpentin qui est raccordé au reste du système, à savoir un réseau de distribution du fluide caloporteur, lui-même connecté aux différents équipements de votre installation : ballon de stockage d’eau chaude sanitaire, chauffage (réseau de radiateurs ou dalle chauffante) …

Ici, rien de très sophistiqué sur un plan technologique : il y a simplement transfert d’un même type d’énergie, la chaleur, éventuellement assorti d’un régulateur thermique qui module le débit du fluide caloporteur pour davantage de confort.

Raccordement de panneaux photovoltaïques : quelques rappels basiques avant d’entrer dans le vif du sujet

Le rayonnement solaire, comme toute lumière, est constitué de photons.

Si, du strict point de vue de la physique, la lumière n’est qu’une partie du spectre électromagnétique, lequel va des ondes radio jusqu’aux rayons gamma, il n’empêche que les photons ne font pas des watts d’un simple coup de baguette magique, n’en déplaise aux fans de Harry Potter.

Ça, ce sont les cellules du panneau photovoltaïque qui s’en occupent. « Et comment ? » vous interrogerez-vous en toute légitimité.

Eh bien grâce à des cristaux semi-conducteurs (le plus souvent du silicium), car il se trouve que leurs électrons, quand ils sont stimulés par des photons, produisent un courant électrique continu.

« Ah bon, c’est aussi simple que ça ? » vous étonnerez-vous.

Oui.

Mais pour que le courant arrive jusqu’à votre télé ou votre barbecue électrique, encore faut-il que le panneau générateur soit raccordé.

Et là, ça pourrait bien commencer à se compliquer un peu.

Les kits solaires autonomes sur batterie(s)

Tenons-nous en pour l’instant au plus simple du plus compliqué.

Ce type de kit solaire permet d’assurer l’alimentation électrique d’un camping-car, d’un bateau ou encore d’un petit pour des appareils basse tension (12 ou 24 V) adaptés.

Le ou les panneaux solaires (alors connectés entre eux en parallèle ou en série) sont raccordés à une ou plusieurs batteries (également montées en parallèle ou en série) par l’intermédiaire d’un régulateur de charge. Ce régulateur a pour mission d’éviter des dommages aux batteries en cas de production excessive des cellules photovoltaïques, et donc de surtension.

Vous êtes toujours là ?

Dédramatisons sans tarder cette histoire de « parallèle » et de « série ».

  • Dans un branchement en parallèle de deux générateurs (panneaux photovoltaïques ou batteries), les bornes + des deux générateurs sont reliées ensemble à la borne + de l’appareil récepteur. Idem pour les bornes −. Dans ce cas de figure, deux panneaux de 250 W chacun fournissent une puissance totale de 500 W, et deux batteries de 12 V une tension de 24 V.
  • Dans un branchement en série, la borne + du premier générateur est reliée à la borne + de l’appareil récepteur, la borne − du premier générateur à la borne + du second, et la borne − du second générateur à la borne − de l’appareil récepteur. Dans une telle configuration, la puissance totale émise ou la tension de sortie ne sont pas doublées mais correspondent à la puissance et tension unitaires de chacun des générateurs. Avantage de ce montage : si l’un des panneaux solaires est amené à délivrer moins de puissance (exposition moindre ou autre raison), la puissance totale s’équilibrera sans s’effondrer, au niveau de la moyenne des puissances émises par chaque générateur. Pour des batteries, l’autonomie sera doublée.

Vous ressentez comme une menace de migraine ?

Ne vous inquiétez pas : les notices de montage des kits solaires sont très bien faites, il vous suffira de suivre les indications en fonction de l’option choisie.

Raccordement d’une installation photovoltaïque en autoconsommation

On parle encore de kit solaire pour les plus simples, mais il ne s’agit plus ici d’un système autonome pour installation mobile ou site isolé non relié au réseau public, mais bien d’un équipement photovoltaïque connecté au circuit d’alimentation classique d’une habitation ou autre local. L’autoconsommation de l’énergie produite entraîne alors une économie sur la facture d’électricité, plus ou moins conséquente selon la puissance de l’équipement.

Les kits les plus basiques réunissent dans leur packaging tous les éléments nécessaires pour une installation par un particulier, donc sans faire appel à un professionnel. Vous n’avez même pas besoin d’être un as du bricolage, il suffit de suivre pas à pas le guide de montage.

Pour les panneaux photovoltaïques proprement dits, il y a généralement deux options : montage au sol ou sur terrasse avec châssis incliné, ou bien sur toiture.

Par rapport aux systèmes décrits dans le chapitre précédent, un nouveau venu s’invite obligatoirement à la fête, car sans lui, pas de raccordement possible au réseau domestique.

Cet invité a pour nom « onduleur ». Son rôle est tout simplement de convertir le courant continu généré par les cellules des panneaux photovoltaïques en courant alternatif, de même nature que celui du réseau public. Il va donc s’insérer dans la chaîne photovoltaïque entre les panneaux et le point de raccordement au réseau préexistant, en aval du compteur électrique.

Certains modèles de kits peuvent être raccordés via une simple prise du circuit, d’autres prévoient un branchement au niveau du tableau électrique.

Hormis les kits à monter soi-même, dont la puissance est généralement plus limitée, la moyenne des stations photovoltaïques pour particulier en autoconsommation est de 3 kWc (kW en crête). Pour un montage des panneaux en toiture et une installation optimale (efficacité/sécurité), l’intervention d’un professionnel agréé est alors indispensable.

Point très important : il s’agit d’autoconsommation, et tout surplus de production non utilisé est réinjecté gratuitement dans le réseau public. Comme votre but est de faire des économies et non pas des cadeaux, veillez bien à choisir une puissance de production en accord avec vos habitudes de consommation. Pour ça aussi, l’intervention d’un professionnel compétent sera précieuse.

À ce propos, n'oubliez pas que les conseillers ENGIE sont JUSTEMENT des professionnels compétents, en permanence à votre disposition. Ils vous conseilleront notamment sur les possibilités de vente du surplus d’électricité. Avec cette option plutôt que de réinjecter gratuitement l’électricité dans le réseau, vos gagnez de l’argent ! Nous y reviendrons plus loin…

Consommation directe ou stockage ?

Vous n’avez vraiment pas envie de faire des cadeaux ? C’est votre droit le plus strict.

Dans ce cas, le plus simple, comme expliqué plus haut, est d’évaluer la puissance de votre installation conformément à votre niveau de consommation, ce qui vous garantit un budget d’investissement calculé au plus juste et une utilisation de la totalité de l’électricité produite, sans perte.

Il y a cependant une autre option, certes plus coûteuse en matière d’équipements, mais qui peut se révéler très rentable sur le long terme. Cette option, c’est le stockage du surcroît d’énergie produite durant les périodes d’ensoleillement, pour une utilisation ultérieure (nuit, mauvaise météo…).

Qui dit stockage dit batteries, et on en revient au système autonome déjà décrit, mais en nettement plus sophistiqué !

La chaîne de raccordement est alors la suivante :

  • Les panneaux solaires alimentent un régulateur de tension.
  • Le régulateur de tension distribue le courant continu aux batteries.
  • Les batteries sont connectées à un onduleur central.
  • L’onduleur est raccordé au réseau domestique en aval du compteur électrique.

Selon les équipements, des boîtiers de protection peuvent être insérés à différents niveaux de la chaîne photovoltaïque.

Revente de votre production électrique : le choix du profit !

En France, dans le cadre des politiques en faveur des énergies renouvelables, EDF est dans l’obligation de vous racheter les kWh que vous produisez si vous le souhaitez. La vente est également possible auprès de fournisseurs concurrents disposant d’un agrément spécifique, dont les règles sont spécifiées dans les textes de lois.

Cette option est particulièrement intéressante pour les installations photovoltaïques jusqu’à 9 kWc, qui sont les plus courantes en revente en totalité, grâce à un prix de rachat parfois supérieur à celui du prix de vente du kWh réseau au consommateur(1).

Dans ce cas de figure, vous revendez votre production photovoltaïque au prix fort, et vous continuez à consommer l’électricité délivrée par votre fournisseur au prix du marché ou au tarif réglementé.

Dans la chaîne de raccordement, le dernier élément, à savoir l’onduleur central, injecte l’électricité que vous produisez directement dans le réseau public, en amont de votre compteur de consommation, via un compteur de production dont les relevés en temps réel détermineront vos gains de producteur d’énergie !

Les tarifs réglementés de rachat ont cependant tendance à baisser progressivement. Une alternative d’avenir consiste donc à envisager une installation mixte, combinant l’autoconsommation et la revente des surplus de production.

Une centrale de régulation est alors intégrée au système. Elle donne priorité à l’autoconsommation et bascule automatiquement les éventuels surplus vers le compteur de production pour la vente. Cette formule gagnant/gagnant vous est proposée à travers l’offre My Power. Pour plus de renseignements, contactez nos conseillers au  0 800 940 180.

Vous faites ce que vous voulez chez vous ? Oui, mais dans le cadre des obligations légales !

Dès lors que vous souhaitez raccorder une installation photovoltaïque au réseau, y compris en aval de votre compteur électrique, vous êtes tenu, au minimum, d’en faire la déclaration préalable en mairie et à Enedis (ex-ERDF), et de fournir un certificat de conformité des équipements prévus. Une page spéciale est disponible sur le site de Enedis pour cette formalité (Contrat de Raccordement d’Accès et d’Exploitation)[2).

Bien entendu, ça se corse d’autant plus si vous envisagez de revendre votre production, que ce soit en partie ou en totalité. Il faut alors en faire la demande officielle pour établissement d’un contrat, selon des procédures qui dépendent d’un certain nombre de facteurs dont la puissance de l’installation.

Ce genre de complications administratives aurait tendance à vous décourager ? C’est compter sans ENGIE ! Non seulement nous proposons des solutions techniques clés en main pour votre système photovoltaïque, mais nous sommes également à vos côtés pour toutes les déclarations obligatoires et autres démarches auprès des divers organismes et partenaires.

Le raccordement d’un panneau solaire photovoltaïque, à première vue, c’est juste deux fils à brancher sur un régulateur de tension ou un onduleur, et que la lumière soit ! Oui, sauf que l’Homme, depuis la nuit des temps, a le don de se compliquer l’existence en toutes circonstances.

Chez ENGIE, nous ne prétendons pas faire des miracles, mais nous pouvons vous simplifier la vie !

Simulez vos économies solaires