Tous nos conseils sur l'électricité

Autoconsommation collective : tout comprendre sur l’utilisation des ressources

Publié le

Tags de l'article

Grâce à une installation photovoltaïque, vous pouvez produire de l’énergie pour votre propre consommation, ou la partager entre plusieurs consommateurs dans le cadre d’une initiative d’autoconsommation collective. Selon les saisons et le taux d’ensoleillement, vous pouvez produire plus d’électricité que ce dont vous avez besoin, ou au contraire avoir besoin de vous fournir auprès du réseau pour combler un éventuel manque. Comment faire face à ces différentes situations ? Est-il possible de stocker de l’énergie ? Comment rentabiliser sa production ? Suivez le guide.

La rentabilité de l’autoconsommation

Exonération de taxes, non assujettissement à la TVA... le fait de passer à l’autoconsommation peut contribuer à réaliser des économies conséquentes sur la consommation d’énergie. Mais avant de vous lancer pensez à vérifier quelques critères en vous posant les bonnes questions :

  • Que devrez-vous investir au départ pour votre installation ?
  • Quel est le tarif pratiqué par votre fournisseur en autoconsommation, par rapport au tarif proposé par un fournisseur classique ?
  • À quel prix peut être revendu le surplus éventuellement produit en autoconsommation ?
  • Quel serait le taux d’autoconsommation (la part d’énergie produite qui alimente votre logement par rapport à l’énergie provenant du réseau national) ?

Évidemment, plus le taux d'autoconsommation est important, plus vous aurez intérêt à ce que la consommation et la production soient alignées pour que le projet soit rentable.

Installer des panneaux solaires

Jusqu'à

600€TTC (1)

d'économies sur votre facture d'électricité

En résumé, vous devez avant toute chose valider que le passage à l’autoconsommation présente un intérêt économique pour vous, avec une production locale qui est plus avantageuse que de vous fournir et d’acheminer l’énergie par un réseau classique.

Ce calcul s’établit de préférence à l’année, car le taux d’autoconsommation peut aussi varier selon les  mois. Voici comment répartir la production en fonction des saisons.

Que faire en cas de surproduction, ou en cas de manque de ressources

En hiver ou en été, ce n’est pas un scoop, le nombre d’heures d’ensoleillement n’est pas le même. Ainsi, les panneaux photovoltaïques produisent plus en été, et moins en hiver car les journées sont plus courtes et le ciel plus souvent couvert. Quel est l’impact sur un réseau d’électricité en autoconsommation ?

En cas de clé de répartition par défaut

En été, la production d’électricité peut excéder la consommation. Dans le cadre de l’autoconsommation collective, en cas d’une clé de répartition par défaut, si la production couvre les besoins de tous les consommateurs raccordés au réseau, le surplus est réparti proportionnellement auprès de chaque producteur.

En hiver, lorsque la consommation dépasse la capacité de production du réseau en autoconsommation, chaque consommateur est fourni en énergie selon le ratio de consommation des autres participants, et les besoins qui ne seraient pas couverts seront comblés par de l’électricité provenant d’un fournisseur classique. Dans tous les cas, s’il y avait un surplus de production, il ne pourrait pas être alloué au producteur.

En cas de clé de répartition proportionnelle à l’investissement

En revanche, dans le cas d’une clé de répartition proportionnelle à l’investissement, les règles changent.

En été, s’il y a une surproduction, chaque consommateur se verra approvisionné en fonction de sa consommation réelle. Si un surplus de production est constaté par la suite, il s’ajoute au surplus de base et il est redistribué aux producteurs. Il peut ensuite être cédé au gestionnaire du réseau ou à un tiers.

Actuellement, la plupart des installations d'autoconsommation sont constituées de panneaux photovoltaïques reliés à un micro-réseau, aussi appelé micro-grid. Ce réseau fonctionne indépendamment du réseau national, mais il y est pourtant relié pour s’approvisionner en cas de production insuffisante, ou réinjecter de l’énergie en cas de surplus. Des solutions de stockage existent par ailleurs pour améliorer le taux d’autoconsommation, c’est-à-dire la part d’énergie que vous produisez et consommez par vous-mêmes.

Le stockage de l’énergie

Moyennant un investissement au démarrage, vous pouvez optimiser la rentabilité de votre projet d’autoconsommation en vous équipant d’un dispositif de stockage qui permet d’augmenter votre autonomie. Vous êtes alors encore plus indépendants du réseau national, ce qui est particulièrement intéressant aux heures pendant lesquelles les tarifs de l’énergie sont plus élevés.

Grâce aux possibilités qu’offrent le stockage, vous pouvez ainsi profiter au maximum des avantages de l’autoconsommation avec une énergie :

  • produite et consommée localement pour éviter les pertes liées au transport,
  • issue de sources renouvelables.

    Enfin, au-delà de tous ces bénéfices au quotidien, sachez qu’un bâtiment équipé pour l’autoconsommation a aussi plus de valeur immobilière ! Pour plus d’informations sur l’offre autoconsommation d’Engie My Power*, prenez contact avec l’un de nos conseillers.

*MyPower : Jusqu'à600€ TTC d'économies sur votre facture d'électricité. Le calcul des économies est réalisé à partir de données de production issues du site PVGis (prenant en compte l’inclinaison et l’orientation du toit), de données de consommation estimées grâce à la date de construction du logement et le nombre d’occupants (références obtenues avec le rapport RAGE 2014, ADEME) et d’un taux d’autoconsommation fixé à 90%.Le montant en euros est calculé en multipliant les kWh autoconsommés (production solaire multipliée par le taux d’autoconsommation) avec un prix du kWh fixé à 0,176€ pour les 10 prochaines années. Ce prix est défini sur base du tarif réglementé Heures Pleines 9kVA applicable au 1er février 2018 sur lequel est appliqué une augmentation de 2,5% par an sur les 10 prochaines années. Informations données à titre indicatif, qui ne tiennent pas compte des habitudes de consommation, du contrat d’énergie souscrit et de l'éventuelle revente sur le réseau. Exemple pour 600€ d’économies / an : maison située dans la zone la plus ensoleillée de France, orientée plein sud, inclinaison du toit 30°par rapport à l’horizontal, logement construit avant 1948, surface de 100 m², composé de 4 personnes et puissance installée de 2,6kWc, soit 10 panneaux. Installation en une journée : sous réserve de conditions météorologiques et d’accès favorables. 1040€ de prime –retour de déc201. La prime de 1040€ correspond à un kit photovoltaïque en autoconsommation MyPower standard de 2,6kWc. Le montant est obtenu en multipliant la puissance installée (2,6kWc) par une prime de 400€/kWc installé conformément à l’arrêté tarifaire du9 mai 2017. Cette prime sera versée sur 5 années, soit 208€ par an.