Electricité

Quelle est la source de l'électricité ?

Mis à jour le

Quelle est la source de l'électricité ?

Il existe deux grandes sources d’électricité : celle qui utilise des matières premières fossiles, et celle qui met à profit les phénomènes naturels. Les centrales nucléaires utilisent des énergies fossiles et sont les plus utilisées pour produire de l’électricité en France. Les énergies renouvelables gagnent cependant du terrain et font de plus en plus partie du paysage et de l’électricité que nous consommons.

En France, une production d’électricité dominée par le nucléaire

La fourniture d’électricité en France provient essentiellement des centrales nucléaires. En 2016, cette source d’énergie représentait 72,3 %(1) de l’électricité produite dans le pays, par l’intermédiaire de 19 centrales et de 58 réacteurs nucléaires. Tout l’objectif d’une centrale nucléaire consiste à effectuer la fission de l’uranium, un minerai radioactif naturellement présent dans le sol, et à convertir l’énergie ainsi libérée en électricité. Si la question du stockage des déchets radioactifs demeure problématique, cette source d’électricité offre l’avantage de ne pas produire de CO2. L’essor des centrales nucléaires dans les années 1970 a permis à la France d’atteindre une quasi-indépendance énergétique. Le coût d’entretien et de maintien de la sécurité des bâtiments, associé aux préoccupations environnementales toujours plus importantes, laisse aujourd’hui une place croissante aux installations tirant profit des énergies renouvelables pour faire de l’électricité.

Ma conso : analysez vos consommations

Jusqu'à 8% d'économies d'énergie (*)

La part des autres énergies fossiles

Si l’uranium est un minerai, de nombreuses autres sources d’énergies fossiles sont nées de la décomposition de matières organiques durant des millions d’années. Elles sont au nombre de trois :

  • le gaz,
  • le pétrole,
  • le charbon.

Ces sources d’énergie sont les plus employées au niveau mondial pour la production d’électricité. Elles se caractérisent par leur important impact environnemental, notamment à cause de la production massive de CO2 lors de leur combustion, ainsi que par leur volume limité, puisque leur processus de création s’étale sur des millions d’années. Pour produire de l’électricité à partir d’énergies fossiles, diverses technologies sont utilisées : centrales à cycle combiné gaz, centrales à charbon, centrales au fioul ou autres installations thermiques. Compte tenu de leurs conséquences sur l’environnement et de la pression des normes nationales et européennes, ces centrales ne sont pas vouées à être multipliées ou même renouvelées : en France, les centrales au fioul sont en cours de fermeture tandis que celles au charbon produisent de moins en moins depuis 2016. Les centrales à charbon sont même précisément destinées à être totalement arrêtées d’ici 2023(1). Plus récentes (années 2000), les centrales à cycle combiné gaz ne connaissent pas encore d’horizon de fermeture.

 

L’essor des énergies renouvelables dans la production d’électricité

Depuis quelques années, produire de l’électricité passe de plus en plus par les énergies renouvelables. Elles se déclinent en de nombreux types, qu’on peut classer en grandes catégories :

  • la biomasse,
  • l’hydraulique,
  • l’éolien,
  • la géothermie,
  • le solaire.

La production d’électricité à partir d’énergies renouvelables en 2018 est encore insuffisante pour compenser totalement les kilowattheures fournis par les centrales nucléaires, elle est en forte croissance et s’inscrit dans le cadre de la transition énergétique initiée à l’échelle européenne. Dans l’ensemble, les sources d’énergies renouvelables sont à l’origine de 19,1 % de la production d’électricité française(1). Certaines régions sont cependant particulièrement impliquées dans la production d’électricité verte. Leur impact est de

  • 1,6 % pour le solaire et la bioénergie ;
  • 3,9 % pour l’éolien :;
  • 12 % pour l’hydraulique;

Les installations hydrauliques demeurent sensibles à la pluviométrie et voient leur production varier fortement d’une année à l’autre en fonction des précipitations. Le parc hydraulique reste donc relativement stable, tandis que le parc éolien par exemple prend un véritable envol : en 2016, il était capable de produire 1,35 gigawatt de plus qu’en 2015(1). Cette croissance est également suivie par les bioénergies (biogaz, unités de méthanation...), tandis que le solaire poursuit son augmentation régulière. Les nouveaux compteurs communicants Linky™ accompagnent cette transition énergétique, avec des équipements plus intuitifs et lisibles, permettant de mieux gérer sa consommation d’électricité.

(1)https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/production-delectricite