Tous nos conseils sur les économies d'énergie

Vélo électrique : roulez écolo sans vous fatiguer !

Publié le

Vous l’avez vu, ce cycliste qui monte la côte sans effort ? Il n’a — a priori — pas pris de potion magique mais chevauche un VAE : un vélo à assistance électrique. Si vous voulez rouler vert et (presque) sans efforts, il serait peut-être temps de vous y mettre…

Tout savoir pour pédaler à l'électrique sans mauvaise surprise.

Avec ENGIE, c'est l'heure de recharger les batteries !

Avec l'offre Elec'Car, bénéficiez d'heures creuses à un prix du kWh HTT réduit de 50 % par rapport aux heures pleines.

C’est quoi exactement, un vélo électrique ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un vélo électrique ne fonctionne pas tout seul, sans que le conducteur ne pédale. La loi parle bien de VAE, de véhicule assisté par électricité. Il se compose de(1) :

  • un moteur électrique (max 250 W) qui accompagne le pédalier et qui s’arrête dès que les 25 km/h sont atteints,
  • une batterie amovible (pratique pour la charger sur n’importe quelle prise), de préférence au lithium-ion,
  • et d’un petit tableau numérique qui permet de choisir les types d’accompagnement, de suivre la charge, etc.

Mais où se trouve le moteur électrique ?

Trois possibilités :

  • A l’avant : cette position a l’avantage de réduire le coût du velo. En effet, le moteur est situé dans le moyeu de la roue avant, c’est plus facile à installer pour le constructeur. Le vélo est agréable à utiliser sur un dénivelé plat avec une sensation d’être tiré par l’avant, mais en côte il souffre un peu d’un patinage au démarage ainsi qu’une stabilité particulière au moment de tourner le guidon (comme sur les vieux Solex pour ceux qui ont connus)
  • A l’arrière : cette position du moteur est de moins en moins présent sur les VAE. Certes le prix est moins cher parce que simple à monter par le fabricant, mais le moteur souffre lors de montées trop prononcées et a besoin de relance (il faut re-insister en appuyant sur la pédale). Par ailleurs un moteur situé dans le moyeu de la roue arrière demande un réglage spécifique du dérailleur du vélo, et il en résulte des contraintes sur le groupe de transmission qui réduisent de ce fait sa durée de vie.
  • C’est au cœur du pédalier que la majorité des VAE trouvent leur moteur. Les raisons sont multiples, à commencer par un rendement amélioré grâce à la proximité de la transmission, un centre de gravité optimisé et une meilleure répartition des masses. Cet emplacement procure également au VAE une meilleure motricité et stabilité, et surtout davantage de répondant au moment des démarrage et des pentes. Le moteur séparés des roues permet de procéder plus facilement aux réparations de ces dernières mais aussi à leur démontage en cas de transport dans une voiture. Vous l’aurez compris, c’est le meilleur choix.

Concernant les freins, étant donné la vitesse qu’atteint le VAE, nous recommandons les freins à disques (si toutefois votre budget le permet)

Attention, un certificat d’homologation est indispensable pour rouler sur la route.

Demandez-le au vendeur lors de votre achat et transmettez-le à votre assureur pour  être couvert en cas d’accident.

Un Speed Bike n’est pas un VAE !

Ce vélo est doté d’un moteur d’une puissance de 500 W et peut atteindre les 45 km/h. Il ne fait pas l’objet d’une homologation mais bien d’une immatriculation et d’une assurance(2), au même titre qu’une mobylette. Gare aux contraventions : en cas de défaut d’immatriculation vous risquez de payer une amende de 750 €. Et n’oubliez pas, le port du casque est obligatoire !

Quel prix pour mon futur vélo électrique ?

Votre vélo électrique vous coûtera, certes, plus cher qu’une bicyclette classique, mais beaucoup moins cher qu’une voiture, ou qu’un deux roues. Le VAE, c’est donc un investissement rentable pour arrêter d’utiliser votre voiture en ville : bye bye les bouchons, l’entretien, les problèmes de stationnement et, tant qu’à faire, les émissions de CO2 !

Les prix sont assez variables et vont en général de 1 000 à 3 000 € (voire 6 000 pour les modèles VTT super pro) avec une moyenne de 1 200 €.

Les tarifs varient principalement en fonction du modèle de batterie (voir encadré dédié ci-dessous) :

  • vélos à batteries au plomb : entre 950 et 1 600 €, ils sont assez lourds et proposent une autonomie de 40 à 60 km ;
  • vélos à batteries au nickel : entre 700 et 1 000 €, leur autonomie est de 40 à 50 km ;
  • vélos à batteries au lithium : entre 1 200 et 3 000 €, ils ont une autonomie de 70 à 90 km(2) et nécessitent peu d’entretien. Le lithium-ion est la meilleure technologie existante actuellement.

Préférez un vendeur proche de chez vous. Vous pourrez essayer tous les modèles, changer d’avis, voir combien ça pèse (attention, comptez entre 10 et 20 kilos de plus qu’un vélo traditionnel !), le ramener si souci…

Des aides bienvenues !

Pour booster la mobilité verte, de nombreuses communes vous proposent des aides financières pour l’achat d’un vélo électrique. Par exemple, Bordeaux, Nice, Cannes ou Caen vous aident à hauteur de 25 % de prix du vélo (avec des plafonds variables). Renseignez-vous vite auprès de votre mairie ou consultez le site de l'ASP pour tout savoir sur les subventions et connaître les conditions.

Il y a du nouveau : du 19 février 2017 au 31 janvier 2018, l’État accorde une aide financière de 20% du coût du vélo dans la limite de 200 € pour l’achat d’un VA (voir conditions). Attention, cette aide ne s’applique pas aux vélos à batterie au plomb, mais pourra par contre être reçue pour l’achat d’une trottinette électrique ou d’un hoverboad.(3)

La batterie : l’élément central de votre vélo électrique !

Comme la batterie représente le plus gros du prix de votre vélo, voici quelques conseils pour bien la choisir :

  • Renseignez-vous sur la technologie de la batterie, son temps de charge, son autonomie, sa puissance et sa durée de vie.
  • Préparez-vous à devoir remplacer votre batterie dans quelques années : choisissez un modèle qui vous permet de la changer facilement et sans vous ruiner.
  • N’achetez pas un vélo électrique stocké depuis longtemps par le vendeur : la batterie vieillit à partir du moment où elle est fabriquée (et non à partir de la première utilisation)

Et n’oubliez pas de demander la notice d’utilisation à votre vendeur ! Chaque batterie a ses petites particularités.

La voiture électrique : pour encore moins d’efforts !

Pour les moins sportifs et si vous n’êtes pas prêt à pédaler pour vous déplacer, vous pouvez aussi opter pour la voiture électrique ! Vous resterez bien au chaud tout en réduisant vos émissions de CO2.

Et pour finir voici une balade


Ils ont testé le VTT électrique pour une balade en Auvergne

1 avem.fr

2 cycliste.org

3 Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, chargé des relations internationales sur le climat : décret n°2017-196 du 16 février 2017 relatif aux aides à l’achat ou à la location des véhicules peu polluants

Ces articles peuvent vous intéresser ...

Toutes les actualités