Tous nos conseils sur les économies d'énergie

Sommeil connecté : des objets pour mieux dormir

Publié le

Tags de l'article

Le sommeil, c'est surtout une affaire de qualité. Mais comment la mesurer et/ou l'optimiser? La solution : les objets connectés…suivez le guide!

Des solutions connectées pour optimiser votre sommeil et votre réveil.

Découvrez l'E-shop by Engie

Régulant les sécrétions hormonales et métaboliques, la glycémie et l’appétit, le sommeil est l’une des fonctions les plus importantes de l’organisme. Des études menées par la National Sleep Foundation, une fondation américaine, ont déterminé sa durée idéale : 7h. Elles mettent aussi en évidence les effets néfastes sur la santé des troubles du sommeil qui favorisent l'obésité, la dépression et les maladies cardio-vasculaires.

En France, selon une enquête publiée en 2009 par l'INSV (Institut National du Sommeil et de la vigilance)*, 1 personne sur 3 souffre de problèmes de sommeil. 33 % des Français dorment ainsi moins de 7h par nuit en semaine, notamment les 35-55 ans, et 43 % des parents sous-estiment les besoins en sommeil des enfants en bas-âge (de 12 à 16h par jour à moins de 3 ans).

Des objets connectés qui analysent le sommeil…

Des bracelets existent pour mesurer la qualité du sommeil : somnolence, réveil, rythme cardiaque, ronflements, etc. À partir de leurs statistiques, des applications de coaching à télécharger sur smartphone ou tablette conseillent des solutions pour mieux dormir.

Quelques marques proposent par ailleurs des capteurs à glisser sous son matelas. Grâce aux données recueillies, leurs applications analysent les phases du sommeil et déterminent sa qualité.

… d'autres qui le stimulent

D'autres objets s'attachent à améliorer la qualité du sommeil. Il existe ainsi des oreillers à connecter à votre smartphone qui vous endorment en musique, mais sans bruit et sans casque, les sons étant transmis à l'oreille interne par conduction osseuse. Ce procédé s’appelle l’ostéophonie.

Les amateurs de silence s'intéresseront aux boules Quies connectées qui filtrent les bruits indésirables (ronflements, voisinage) jusqu’à 70dB, mais laissent passer les pleurs des enfants ou l’alarme du réveil.

Des lampes connectées peuvent également veiller sur vos nuits, par exemple, une ampoule intelligente à visser dans une lampe de chevet émettant 20 sources lumineuses différentes correspondant aux longueurs d’ondes dont le corps a besoin pour s'endormir.

Des start-up s'intéressent enfin aux réveils connectés. Elles en proposent qui ne réveillent qu'une personne à la fois par un jeu de sons et lumières. D’autres, pour éviter que vous vous rendormiez, ne se désactivent que si vous sortez du lit et vous approchez d'une balise placée près de la machine à café ou la douche.
 

Une étape de plus vers la maison connectée

L'intérêt de ces technologies émergentes tient dans les interactions envisageables avec d'autres objets communicants comme les fenêtres intelligentes, les capteurs de qualité  de l’air ou les thermostats connectés. Par exemple, un analyseur de sommeil détecterait quand vous vous endormez et demanderait au thermostat connecté d'ajuster la température à un niveau de sommeil optimal, 18° C en général. Un avant-goût d'automatisation appelée à se généraliser dans les maisons connectées.
* Source : institut-sommeil-vigilance.org/espace-presse, 15ème Journée du Sommeil® – « Sommeil et nutrition » 27 mars 2015

Ces articles peuvent vous intéresser ...

Toutes les actualités