Travaux d'isolation

L'essentiel pour bien réaliser l'isolation de votre toiture

Mis à jour le

Isolation de toiture

L’isolation de votre toiture est un moyen efficace pour améliorer le confort thermique au sein de votre foyer et pour réduire vos factures d’énergie. En effet, le toit est responsable d’environ 30 % des déperditions thermiques1. Isoler la toiture est donc essentiel, et peut se faire grâce à de nombreuses techniques.

ENGIE vous explique tout ce que vous devez savoir sur l’isolation du toit, les techniques, les isolants à privilégier, et les aides financières auxquelles vous pouvez avoir droit.

Quelle technique de pose de l'isolant de toiture ?

Pour isoler votre toiture, vous pouvez procéder par l’intérieur ou par l’extérieur. De nombreuses techniques sont alors possibles selon votre choix, les besoins de la structure et le type d’isolant choisi.

Intérieur ou extérieur ?

L’isolation du toit par l’intérieur est le procédé le plus répandu. Il est particulièrement indiqué lorsque la charpente est en bon état et que les combles ne sont pas trop encombrés. Il s’agit également de la méthode la plus économique. Toutefois, isoler par l’intérieur peut réduire l’espace sous les toits. L’isolation par l’extérieur est quant à elle privilégiée lorsque les combles sont encombrés ou que l’espace y est réduit. Choisir cette option exige de déposer entièrement la toiture, ce qui représente un coût financier important. L’isolation par l’extérieur est donc à privilégier lorsque la toiture est en mauvais état et nécessite une rénovation.

La technique du soufflage

L’isolation de la toiture par soufflage consiste à insuffler de l’isolant sous forme de flocons via une machine à souffler. Il s’agit de la technique la plus utilisée. Celle-ci permet d’isoler tout type d’espace, même les plus inaccessibles. Le soufflage est également rapide, sûr et offre un excellent confort thermique été comme hiver.

La technique de l’épandage

Cette technique consiste à poser de l’isolant en vrac à la main au niveau du plancher des combles ou de la charpente. L’épandage est facile à réaliser et ne nécessite aucune machine spécifique. De plus, vous pouvez choisir l’épaisseur de l’isolant selon vos besoins. L’isolation par épandage est particulièrement indiquée pour les petites surfaces.

La technique du sarking

L’isolation de la toiture par sarking correspond à l’isolation par l’extérieur. L’isolant sous forme de panneaux se pose directement entre les chevrons de la charpente. Cette méthode est recommandée dans le cadre d’une rénovation totale de la toiture ou pour une construction neuve. Le sarking s’adapte à tous les types de charpentes et offre de grandes performances phoniques et thermiques. De plus, il s’agit d’un procédé esthétique qui ne dénature pas l’aspect de la toiture.

L’isolation par panneaux

Isoler la toiture à l’aide de panneaux est adapté aussi bien à la construction neuve qu’à la rénovation. Cette méthode est principalement utilisée pour l’isolation de planchers dotés de solives. Il s’agit d’une technique offrant de bons résultats en matière de confort thermique et phonique, la pose est toutefois assez complexe.

L’isolation par rouleaux

L’isolant est directement déroulé sur le plancher des combles. Deux couches d’isolant peuvent parfois être nécessaires, notamment dans le cadre d’une rénovation. Cette technique est facile à mettre en place, mais nécessite des combles faciles d’accès et peu encombrés.

Isolation des combles
Jusqu'à 30% d'économies d'énergie *

Quel isolant choisir ?

Deux critères peuvent être utiles pour vous aider à analyser les performances d’un isolant. Il s’agit de la conductivité thermique et de la résistance thermique. La conductivité thermique définit la capacité de l’isolant à être conducteur de chaleur. Plus la conductivité est faible, plus le matériau sera performant.

Quant à la résistance thermique, il s’agit de la capacité à résister au chaud et au froid. Plus le coefficient est élevé, plus le matériau est isolant. Pour isoler la toiture, il existe donc de nombreux matériaux d’origine synthétique, minérale ou végétale. Les isolants naturels gagnent à être connus, car ils présentent de nombreux avantages.

1. La laine végétale

L’isolant en laine végétale est un excellent substitut aux matériaux synthétiques. Il est fabriqué à partir de produits naturels tels que la paille, le chanvre, le coton, le bois, la fibre de coco ou encore le lin.

Disponible en vrac, sous forme de feutre fin, en rouleaux ou en panneaux, l’isolant en laine végétale est généralement traité pour lutter contre le feu, l’humidité, les parasites et la moisissure.

Facile à installer, non toxique et respectueuse de l’environnement, la laine végétale offre un excellent confort thermique et acoustique.

2. La ouate de cellulose

La ouate de cellulose est fabriquée à partir de papiers recyclés. Elle est traitée pour être ininflammable et résister aux parasites. Ce type d’isolant est le plus utilisé dans les constructions en bois et les bâtiments neufs à basse consommation.

La ouate de cellulose a un fort pouvoir isolant et se présente sous différentes formes : en vrac, sous forme compactée ou décompactée, ou encore en panneaux.

3. L’argile expansée

L’argile expansée est un isolant particulièrement adapté pour l’isolation phonique. Elle est souvent utilisée pour combler des parois creuses ou pour rénover un plancher. L’argile expansée est obtenue à partie d’argile brute naturelle. Elle est d’abord séchée, réduite en poudre, puis mélangée à de l’eau pour être chauffée dans un four.

Elle est disponible sous forme de billes vendues en vrac ou sous forme de blocs.

4. Le liège

Écologique, performant, sain et naturel, le liège est un excellent isolant pour toiture. Il offre à la fois une isolation thermique et phonique, et n’a pas besoin d’être traité pour résister aux insectes ou aux rongeurs, contrairement aux autres isolants naturels. Il est également naturellement imperméable à l’eau et résistant au feu. Sa grande résistance lui confère une longue durée de vie.

Quelle épaisseur d'isolation pour la toiture ?

L’épaisseur de l’isolant est un point clé pour une bonne isolation de la toiture. Si vous optez pour de la laine végétale, privilégiez une épaisseur de 14 à 18 cm. Pour de la ouate de cellulose, il est recommandé de poser une épaisseur d’environ 25 cm. Pour isoler votre toiture avec de l’argile expansée, il est conseillé d’appliquer une épaisseur d’au moins 40 cm pour profiter des pouvoirs isolants de ce matériau. Enfin, le liège peut être posé sur une épaisseur d’environ 25 cm : si besoin, deux panneaux peuvent être installés, l’un par-dessus l’autre.
 

La réglementation pour l'isolation de toiture

Afin de respecter une consommation maximale d’énergie primaire de 50 kWh/m³ correspondant à la norme des bâtiments basse consommation, votre isolant doit respecter un certain coefficient de résistance thermique. Celui-ci correspond à une résistance thermique inférieure ou égale à 8 pour les combles perdus, et à 4 pour les sols et les murs. C’est la norme RE 2020 qui régit la réglementation relative à l’isolation de la toiture.

Combien coûte l'isolation d'une toiture ?

Le coût diffère selon le type d'isolation :

  • Le coût pour une isolation par l'extérieur : environ 40 à 90 € du mètre carré, matériaux + main d’œuvre.
  • Le coût pour une isolation par l'intérieur : environ 70 à 180 € du mètre carré, matériaux + main d’œuvre.
  • Comptez 5 à 20 € du m³ pour de la laine végétale selon le type de laine choisi
  • Comptez environ 20 € pour de la ouate de cellulose
  • Comptez de 10 à 30 € pour du liège
  • Comptez environ 5 € le sac de billes d’argile de 6 L
  • Comptez une quinzaine d'euros pour la laine minérale, tout comme pour la plupart des isolants synthétiques.2

Les aides financières pour une isolation de toiture

L’isolation de votre toiture peut représenter un coût important. Toutefois, certaines aides financières peuvent vous être accordées pour vous aider à réaliser vos travaux d’isolation. Pour pouvoir en bénéficier, vos travaux doivent être réalisés par un artisan RGE. Ces aides sont les suivantes :

  • le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) qui peut vous permettre d’économiser 30 % sur le montant des travaux ;
  • les subventions régionales ou de l'Anah (Agence nationale de l’habitat) pour les ménages modestes. L’aide peut atteindre un maximum de 10 000 € ;
  • l'éco-prêt à taux zéro ;
  • le taux réduit de TVA à 5,5 % sur l'équipement.