conseils

Pic de pollution : comment protéger la qualité de l’air de son logement ?

Publié le

Tags de l'article

Vous êtes régulièrement alerté sur la qualité de l’air extérieur. Mais, on le sait moins, l’air à l’intérieur de votre de logement est également concerné par la pollution. Voici quelques conseils pour vous préserver de cette pollution.

Les sources de pollution intérieure sont très nombreuses, ENGIE vous explique comment faire pour la limiter

L'application mobile ENGIE

L’essentiel de votre Espace Client et des conseils personnalisés depuis votre téléphone mobile

 

En période de pic de pollution, vous êtes régulièrement alerté sur la qualité de l’air extérieur. Mais, on le sait moins, l’air à l’intérieur de votre de logement serait 5 à 7 fois plus pollué que l’air extérieur* et s’enfermer chez soi n’est donc pas la bonne solution pour se protéger ! ENGIE vous explique comment faire pour limiter la pollution intérieure, même en cas de pic de pollution extérieure.

Pic-de-pollution

Air intérieur : de multiples sources de pollution

Les sources de pollution intérieure sont très nombreuses. Les matériaux de construction, les revêtements de sol ou de mur (peintures, moquettes, colles, tapis…) ou les meubles en aggloméré rejettent dans l’air des particules potentiellement toxiques appelées COV (composés organiques volatils). Tous ces matériaux peuvent diffuser leurs particules polluantes pendant plus de dix ans ! 

Au quotidien, la fumée de cigarette, les acariens, les poils de chat et de chien ou encore les moisissures dues à l’humidité sont également des sources de pollution majeures. Sans oublier certains produits d’entretien (détachants, eau de javel…) ou parfums d’intérieur (encens, bougies parfumées…) qui dégagent des substances toxiques. 

Les systèmes de chauffage mal entretenus peuvent aussi rejeter dans l’air des poussières et des particules toxiques, voire très dangereuses, comme le monoxyde de carbone, un gaz inodore et potentiellement mortel. D’où l’importance de faire entretenir votre chaudière par un professionnel  au minimum une fois par an.

Trouver un professionnel

La clé d’un air sain : une bonne ventilation et une aération quotidienne, même en cas de pic de pollution !

Pour éviter que les particules toxiques ne s’accumulent, il est indispensable d’assurer une bonne ventilation de son habitat . Ne bouchez pas les entrées d’air ni les grilles d’extraction, et dépoussiérez-les régulièrement. Ne bloquez pas les systèmes de VMC (ventilation mécanique contrôlée) et pensez à les faire vérifier régulièrement. 

Il faut également aérer votre intérieur tous les jours 10 minutes par jour, été comme hiver. En période de pollution, faites-le tôt le matin ou tard le soir. Aérez également après avoir pris une douche ou pendant que vous cuisinez afin de permettre à l’humidité et à certaines particules de s’évacuer. 

Comment réduire les sources de pollution dans son habitat ?

Pour réduire la pollution intérieure, il existe quelques astuces. Essayez d’utiliser des produits d’entretien sans solvant estampillés NF Environnement ou portant l’éco-label

Misez aussi sur les plantes vertes « dépolluantes » : pothos, palmier, aloe vera, fougère de Boston… A défaut d’assainir à elles seules tout l’air de la maison, elles apportent une aide appréciable en absorbant certaines particules contenues dans la fumée de cigarette ou des bougies, dans les émanations de certains produits d’entretien…

Sachez également que certains systèmes de chauffage sont particulièrement bénéfiques pour la qualité de l’air. C’est le cas de la pompe à chaleur air/air qui purifie l’air intérieur en éliminant acariens, bactéries, pollens… mais aussi en le débarrassant de son humidité excessive. Intéressé par cette technologie ? Nous vous aidons à trouver un professionnel partenaire ENGIE qui vous conseillera la pompe à chaleur la mieux adaptée à vos besoins.

Trouver un professionnel

Enfin, pour rester serein, pensez aux capteurs connectés multifonctions, qui permettent de contrôler la qualité de l’air intérieur en mesurant les niveaux de CO2, de CO, de COV, de particules fines… En cas d’alerte, vous êtes informé et recevez des conseils sur smartphone ou tablette pour résoudre rapidement le problème.

*Source : Observatoire de la qualité de l’air.

Ces articles peuvent vous intéresser :

Toutes les actualités